Nigeria – Publié le 28 mars à 19:59 – Mis à jour le 28 mars 2015 à 20:04

En plein scrutin au Nigeria, 23 personnes sont décapitées par Boko Haram et des bureaux de vote attaqués

En plein scrutin au Nigeria, 23 personnes sont décapitées par Boko Haram et des bureaux de vote attaqués «
Play

La meilleure baguette de Paris est cuite...

»
Play

Chine : un Ouïghour écope de six ans de...

En plein scrutin au Nigeria, 23 personnes sont décapitées par Boko Haram et des bureaux de vote attaqués

​Vingt-trois personnes ont été décapitées vendredi soir, quelques heures avant le début des élections présidentielle et parlementaires au Nigeria, lors de l'attaque d'un village du nord-est du pays attribuée à des islamistes de Boko Haram par un député de cette région samedi. Sept personnes ont également trouvé la mort lors d'attaque contre des bureaux de vote.

L'attaque, menée par "des hommes armés soupçonnés d'être des insurgés", a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, dans le village de Buratai, à près de 200 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, a rapporté le député Mohammed Adamu.


"Ils ont décapité 23 personnes et incendié des maisons". "Près de la moitié du village a été détruit" a-t-il déclaré.

Une infirmière de l'hôpital de Biu, la grande ville la plus proche, a dit avoir reçu 32 blessés et elle a également mentionné que de nombreuses personnes avaient été décapitées.

Perturber les élections 

Abubakar Shekau, chef de Boko Haram (AFP)

Cette attaque, qui n'avait pas été revendiquée samedi après-midi, est similaire à de nombreux autres raids menés par Boko Haram dans l'Etat de Borno, où des civils ont été massacrés par dizaines à plusieurs reprises. Le chef de Boko Haram Abubakar Shekau avait juré d'interrompre les élections présidentielle et législatives qui se tiennent ce week-end au Nigeria. Il y a quelques semaines, sa secte prêtait allégeance à l'Etat islamique. 

Samedi, sept personnes ont été tuées dans plusieurs autres attaques menées par des hommes armés autour de bureaux de vote dans l'Etat de Gombe, voisin de Borno. Plusieurs témoins à Gombe ont affirmé que les assaillants cherchaient délibérément à montrer leur opposition au scrutin, des électeurs et un politicien ayant été visés, et du matériel électoral détruit.

Illustration : Des Nigérians font la queue pour voter, dans l'État de Katsina, au nord du Nigeria, le 28 mars (AFP)

Rédaction web CNews avec AFP