Proche-Orient – Publié le 28 novembre à 23:13 – Mis à jour le 29 novembre 2014 à 00:14

Israël pourrait offrir à ses citoyens arabes une "prime au départ"

Israël pourrait offrir à ses citoyens arabes une "prime au départ" «
Play

Un arrêté "anti-mendicité" fait polémiqu...

»
Play

Ferguson : une femme enceinte perd son o...

Israël pourrait offrir à ses citoyens arabes une "prime au départ"

Israël pourrait, dans un futur proche, offrir une "prime au départ" à ses citoyens arabes, afin d'inciter ces derniers à quitter le pays pour rejoindre le futur Etat palestinien. C'est ce que laisse en tout cas sous-entendre le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman.

Dans une note publiée aujourd'hui par son parti ultra-nationaliste (le "Israel Beytenou", que certains situent même à l'extrême droite sur l'échiquier politique), le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a suggéré que l'Etat hébreu offre des "incitations financières" aux citoyens Arabes-israéliens, afin de les encourager à quitter le pays pour rejoindre le futur Etat palestinien.

"Les Arabes-israéliens qui décident que leur identité est palestinienne peuvent renoncer à leur citoyenneté israélienne et devenir citoyens du futur Etat palestinien"
 

Le document stipule également qu'un éventuel accord de paix, entre les deux peuples qui s'entre-déchirent, ne pourra être possible que si les négociations s'orientent sur "des échanges de population arabe-israélienne contre des territoires". Figure de proue de l'ultranationalisme en Israël, Avigdor Lieberman défend depuis longtemps ce principe de la "séparation maximale" entre juifs et arabes au Proche-Orient. Il est en outre favorable à la révocation de la citoyenneté pour les Arabes israéliens considérés comme "non loyaux". Jamais avare de sorties médiatique fracassantes, il avait appelé en octobre dernier les députés arabes de la Knesset (le Parlement israélien) à quitter le système politique du pays, en postant un communiqué laconique sur sa page facebook

Ces déclarations de la part de Lieberman interviennent alors que la situation s'envenime de jour en jour au Proche-Orient et que plusieurs pays occidentaux débattent publiquement sur l'éventuelle reconnaissance d'un Etat Palestinien. Dernier exemple en date, celui de la France dont les députés ont entamé des discussions ce vendredi à l'Assemblée nationale.

Article rédigé par la rédaction web de CNews - Crédit photo © AFP