Le Pen promet de défendre le patrimoine

La candidate FN à l'Elysée Marine Le Pen a prôné vendredi, lors d'une visite au Mont-Saint-Michel, une loi pour interdire toute vente de patrimoine de l'Etat, en promettant de "remettre en cause des cessions" passées en cas de malversations.[AFP]

La candidate FN à l'Elysée Marine Le Pen a prôné vendredi, lors d'une visite au Mont-Saint-Michel, une loi pour interdire toute vente de patrimoine de l'Etat, en promettant de "remettre en cause des cessions" passées en cas de malversations.

Dans ce "joyau" du Mont-Saint-Michel (Manche), la leader frontiste s'est engagée à "faire cesser la grande braderie du patrimoine national telle que l'Etat l'organise pour remplir le puits sans fond de la dette".

Selon Marine Le Pen, cette "entreprise de liquidation" a connu "une accélération du mouvement inimaginable sous Nicolas Sarkozy".

La présidente du FN a cité comme exemples "le pavillon de la Muette à Saint-Germain-en-Laye", "la maison-phare du colombier dans les Côtes d'Armor", "l'ancien hôtel particulier de la rue Saint-Didier" à Paris, ou encore des éléments du patrimoine immobilier de la justice et des casernes de l'armée.

Marine Le Pen a promis "un audit sur les 10 dernières années" des "cessions du patrimoine", notamment pour savoir s'"il n'y a pas eu des avantages qui ont été tirés par certains", en disant ne pas viser seulement le député UMP Eric Woerth et la vente de l'hippodrome de Compiègne.

"Je me réserverai le droit de remettre en cause des cessions s'il apparaît que la moindre malversation, la moindre violation de la loi et des intérêts des Français a été effectuée", a déclaré la leader du parti d'extrême droite.

Elle a aussi promis "une loi sur l'incessibilité du patrimoine national". "L'Etat et les collectivités territoriales et locales ne pourront plus vendre le patrimoine des Français" mais pourront "signer des conventions d'usufruit pour 20 ans, renouvelable", a-t-elle expliqué.

Marine Le Pen a visité le Mont-Saint-Michel pendant près de deux heures, accompagnée d'une guide et de nombreux journalistes. Elle a croisé des touristes français qui ont tenu à la saluer et lui ont promis leurs voix. Quant aux groupes d'écoliers, ils ont mitraillé de photos la présidente du FN.

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles