J-29 avant le premier tour

Le combat politique continue sans ménagement entre le Front national et le Front de gauche. Témoin, cette visite de Marine Le Pen perturbée par des militants pro-Mélenchon mais aussi, plus rare, du PS, sur le marché de Meaux (Seine-et-Marne), fief de Jean-François Copé (UMP).[AFP]

Le combat politique continue sans ménagement entre le Front national et le Front de gauche. Témoin, cette visite de Marine Le Pen perturbée par des militants pro-Mélenchon mais aussi, plus rare, du PS, sur le marché de Meaux (Seine-et-Marne), fief de Jean-François Copé (UMP).

LE FAIT DU JOUR

"Résistance! Résistance! Résistance!" : ce slogan exprimé de vive voix a accompagné les déambulations de la leader du Front national entre les étals et auprès des commerçants ou des passants pendant une heure, couvrant parfois la voix de la candidate.

Affichant un large sourire en guise de réponse, Marine Le Pen a vu dans cette réaction des signes de la "violence" et de la "haine" dont elle accuse son adversaire du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon.

La présidente du FN a pu se rassurer avec les embrassades de passants croisés et les autographes qu'ils sollicitaient. Elle a déploré de ne pas pouvoir faire campagne "normalement".

A l'issue de la visite, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont entonné la Marseillaise, comme aux meetings de leur leader. Marine Le Pen s'est tournée pour leur faire face. Après un court moment d'hésitation, elle a aussi chanté l'hymne national à tue-tête.

LES PHRASES DU JOUR

- "Je ne laisserai personne remettre en cause l'honneur du Raid et de forces de police qui ont mis fin" à "la trajectoire d'un individu monstrueux" (Nicolas Sarkozy lors d'un meeting à Rueil-Malmaison, près de Paris, devant environ 3.000 personnes).

- "Sur la sécurité, le président sortant a manqué (...) aux objectifs qu'il s'était lui-même assignés" (François Hollande, à Ajaccio).

- "Ce que je demande, c'est qu'on passe des discours aux actes. J'en ai profondément assez de ces annonces, après chaque événement, qui ne sont jamais suivies d'effets" (Nicolas Dupont-Aignan, commentant le renforcement de l'arsenal pénal antiterroriste annoncé jeudi par Nicolas Sarkozy).

LE SONDAGE DU JOUR

Un peu plus d'un Français sur deux (53%) juge "élevée" la menace terroriste en France, après les sept meurtres de Mohamed Merah à Montauban et à Toulouse, mais cette proportion reste parmi les plus basses depuis 2001, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France.

LES COULISSES

Robert Navarro, sénateur apparenté PS de l'Hérault dont l'immunité parlementaire a été partiellement levée pour une affaire judiciaire, sera "au premier rang" jeudi lors de la visite de François Hollande au congrès de la FNSEA à Montpellier, a indiqué samedi son entourage.

L'ex-patron de la Fédération socialiste du département est visé par un dossier d'abus de confiance déclenché par une plainte de son ancien parti, qui l'avait exclu en 2010 pour son soutien à Georges Frêche.

LE BUZZ

Vendredi, "M", le magazine du Monde, rapportait des confidences récentes de Nicolas Sarkozy à un journaliste du quotidien, disant que son adversaire socialiste était "nul" et que cela "commence à se voir". Réplique de François Hollande, en déplacement samedi à Ajaccio: cet adjectif, "ça se rapporte toujours à celui qui l'emploie". De quoi alimenter bien des commentaires sur le web.

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles