Paragot: le prochain président devra "rendre l'optimisme aux jeunes" - TROIS QUESTIONS

Alpiniste prolétaire qui a bousculé le monde fermé des sports de montagne dans les années 50, Robert Paragot, 84 ans, lauréat du prestigieux "piolet d'or carrière" 2012, plaide pour un président "citoyen" qui redonne "l'optimisme aux jeunes Français".[AFP]

Alpiniste prolétaire qui a bousculé le monde fermé des sports de montagne dans les années 50, Robert Paragot, 84 ans, lauréat du prestigieux "piolet d'or carrière" 2012, plaide pour un président "citoyen" qui redonne "l'optimisme aux jeunes Français".

Q: Qu'attendez-vous du président après son élection ?

R: J'attends qu'il améliore les choses parce que, jusqu'à maintenant, ça n'a pas été très brillant. Je pense à nos jeunes gens et à nos jeunes filles qui entrent dans la vie active et ont bien des difficultés. Je souhaite que le nouveau président soit à la hauteur pour rendre l'optimisme aux jeunes Français.

Q: Que devra-t-il faire en premier ?

R: En premier lieu, il faudra lutter contre le chômage parce que c'est ce qui nous ruine et ruine le moral de tous ces gens qui sont dans l'attente de pouvoir vivre dignement avec leur travail. Le plus important, c'est de redonner une vraie justice sociale à notre pays. Il faut que la France redevienne un exemple pour tous les pays du monde. Qu'on le veuille ou non, on est un peu les précurseurs en ce qui concerne la liberté, l'égalité et la fraternité. Ces trois mots sont peut-être symboliques mais plein de sens. C'est là-dessus qu'il faut jouer.

Q: Ce qu'il ne devra surtout pas faire ?

R: Il faut qu'il soit Français et citoyen avant d'être président de la République. Je suis toujours choqué par toutes ces histoires de corruption qui apparaissent. Il y a trop d'élus qui se conduisent mal. Il faut redonner l'idée aux Français de base que nos élus sont à notre service, et non pas le contraire. Quand on les élit, c'est pas pour qu'ils se gargarisent et qu'ils aillent dans des réceptions, c'est pour qu'ils s'occupent de ceux qui les ont élus. Il faut que le prochain président soit digne, qu'il soit honnête et qu'il donne l'exemple par lui-même de ce que c'est que l'honnêteté, la justice.

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles