Bayrou détaille son projet de loi pour moraliser la vie publique

Le candidat centriste François Bayrou a détaillé le projet de loi-cadre sur la moralisation de la vie publique qu'il entend proposer, s'il est élu, par référendum aux Français le 10 juin, en même temps que les élections législatives.[AFP]

Le candidat centriste François Bayrou a détaillé le projet de loi-cadre sur la moralisation de la vie publique qu'il entend proposer, s'il est élu, par référendum aux Français le 10 juin, en même temps que les élections législatives.

"C'est un texte novateur et décisif parce qu'il tranche une douzaine de questions qui empoisonnent depuis des années la vie politique française", a expliqué M. Bayrou.

"Ce texte fera naître un paysage politique nouveau et rendra incontournable les changement contenu dans la loi", a-t-il ajouté en expliquant que "seul un référendum pouvait opposer la volonté des Français à la mauvaise volonté des partis dominants".

Le leader centriste s'est exprimé au côté de l'ex-député-maire de Rouen, Pierre Albertini, membre de son équipe de campagne, qui a animé pendant trois semaines une commission de juristes qui a finalisé le texte.

"Notre cahier des charges était de lutter contre la confusion des genres, le cumul des mandats, assurer une plus grande transparence dans la campagne présidentielle et assurer la parité dans la représentation nationale", a-t-il expliqué.

Parmi ces principaux sujets, le projet de loi limite à 20 le nombre des membres du gouvernement et à 400 (contre 577) le nombre des députés dont 300 seront élus au scrutin uninominal majoritaire et 100 au scrutin de liste proportionnel. Le mandat de député deviendra incompatible avec tout autre mandat électif. Le texte reconnaît le vote blanc et fait reposer l'intégralité du financement de la campagne présidentielle sur fonds publics.

Il reprend également les propositions de "la commission Sauvé" de janvier 2011 sur les conflits d'intérêt en y ajoutant la possibilité pour les citoyens de saisir une "autorité de déontologie de la vie publique" nouvellement créée.

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles