Fillon définit la stratégie du candidat Sarkozy

François Fillon a expliqué lors d'un meeting à Douai que "l'objectif" de l'UMP était de "virer largement en tête au premier tour pour l'emporter" au second et estimé que Nicolas Sarkozy est "le moteur de cette campagne" présidentielle.[AFP/Archives]

François Fillon a expliqué lors d'un meeting à Douai que "l'objectif" de l'UMP était de "virer largement en tête au premier tour pour l'emporter" au second et estimé que Nicolas Sarkozy est "le moteur de cette campagne" présidentielle.

Devant 1.000 militants, selon les organisateurs, réunis à Douai (Nord), le Premier ministre, qui enchaîne depuis plusieurs jours les meetings aux quatre coins de la France, a expliqué que "les semaines passent, et chaque jour apporte une lumière nouvelle sur la vérité des candidats et de leurs propositions".

Jusqu'ici, "les sondages suffisaient, nous disait-on, à démontrer les mérites d'un champion à qui pourtant aucun ténor socialiste n'avait jamais cru bon de confier des responsabilités gouvernementales. Etrange tour de passe-passe", a-t-il lancé en allusion à François Hollande.

"On disait aussi que Nicolas Sarkozy n'accèderait peut-être même pas au second tour (...) en un mot, qu'il n'existait plus", a enchaîné le chef du gouvernement. "Mais patatras! Chaque jour prouve au contraire qu'il est bien le moteur de cette campagne", a-t-il jugé, en présence notamment de la sénatrice centriste Valérie Létard et du secrétaire général adjoint de l'UMP, Marc-Philippe Daubresse, deux élus du Nord.

Selon François Fillon, "ceux qui ont tenu ce discours ont oublié ce qu'était une élection présidentielle (...) un moment de délibération intime accompli par chaque citoyen".

L'objectif est de "virer largement en tête au premier tour pour l'emporter" au second, a-t-il expliqué, alors que les sondages donnent ces derniers jours M. Sarkozy en tête au premier tour mais toujours distancé au second.

Au moment où le président-candidat attend de ses ministres une implication sur le terrain, M. Fillon a assuré que M. Sarkozy "ne (s'engageait) pas seul". "Dans la dernière ligne droite", il a appelé les militants à "accélérer" la mobilisation. "Ceux qui ont prévu de prendre quelques jours pour les vacances de Pâques feraient bien de les annuler", a-t-il glissé.

Vous aimerez aussi

Nicolas Sarkozy le 4 septembre 2016 à La Baule  [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]
Justice Affaire Bygmalion : l'avocat de Nicolas Sarkozy dénonce «une manoeuvre politique grossière»
Valérie Pécresse Qu'est ce que le «bouclier de sécurité» voulu par Valérie Pécresse ?
Élections régionales Régionales : Estrosi et Bertrand donnés gagnants face au FN

Ailleurs sur le web

Derniers articles