Les sondeurs accusés par Le Pen

Marine Le Pen a réaffirmé que les sondages sous-estimaient son niveau au premier tour, et proposé un pari aux patrons d'instituts: qu'ils remettent un mois de leur salaire aux Restos du coeur pour chaque point de décalage entre le score estimé actuellement et celui qui sera réalisé.[AFP]

Marine Le Pen a réaffirmé que les sondages sous-estimaient son niveau au premier tour, et proposé un pari aux patrons d'instituts: qu'ils remettent un mois de leur salaire aux Restos du coeur pour chaque point de décalage entre le score estimé actuellement et celui qui sera réalisé.

"Vous êtes tous là, vous enregistrez: je propose que tous les patrons d'instituts de sondages s'engagent à verser un mois de leur salaire par point de différentiel entre les résultats qu'ils me donnent aujourd'hui et les résultats que je ferai le 22 avril. Ces sommes seront versées aux Restaurants du coeur", a déclaré la candidate du FN à la présidentielle, en marge d'une intervention devant la CGPME (petites et moyennes entreprises).

"Ces sondeurs font des coups: on a fait le coup Bayrou et puis on fait le coup Mélenchon", a-t-elle jugé.

Marine Le Pen a été donnée mardi matin, pour la troisième fois en dix jours, derrière Jean-Luc Mélenchon dans les intentions de vote d'Ipsos, à 14% (-2) contre 14,5% (+1,5) à son rival du Front de gauche. Chez BVA le même jour, elle est au coude-à-coude avec lui, mais avec un point d'avance (15 contre 14). Dans un sondage Harris Interactive diffusé mardi, elle est stable à 16 mais Jean-Luc Mélenchon se rapproche encore, à 14% (+1).

Interrogée pour savoir si elle craignait que ces électeurs "cèdent à nouveau aux sirènes du sarkozysme", Marine Le Pen a répondu qu'"il y a toujours une inquiétude".

"Le principe de l'escroquerie, c'est d'essayer de trouver quelques pigeons. Par conséquent, je dis aux Français +ne vous faites pas pigeonner+", parce que "ça fait dix ans que Nicolas Sarkozy est chargé quand même de l'immigration et de l'insécurité", a-t-elle conclu.

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles