Hollande présente sa feuille de route

L'équipe de François Hollande a dévoilé mercredi la "feuille de route" de la première année du quinquennat en cas d'élection du candidat PS à l'Elysée, une manière de lancer le "troisième temps" de sa campagne après les étapes du Bourget et du projet chiffré fin janvier.[AFP]

L'équipe de François Hollande a dévoilé mercredi la "feuille de route" de la première année du quinquennat en cas d'élection du candidat PS à l'Elysée, une manière de lancer le "troisième temps" de sa campagne après les étapes du Bourget et du projet chiffré fin janvier.

Le candidat lui-même devrait évoquer ces mercredi soir lors du grand meeting (10.000 à 15.000 personnes attendues) prévu à Rennes avec Ségolène Royal.

"C'est la feuille de route du président et de son gouvernement pour la première année, fruit du travail de Laurent Fabius et de l'équipe de campagne", a indiqué l'entourage de M. Hollande.

"Après le discours du Bourget du 22 janvier qui donnait le sens et la direction de son projet, puis la présentation chiffrée de ses 60 engagements le 26, c'est le troisième temps de la campagne, encore plus précis, montrant comment le projet se traduit dans les actes", observe-t-on de même source.

A la veille de la présentation du projet de Nicolas Sarkozy, ces quatre pages serrées transmises à l'AFP par l'équipe Hollande sont intitulées "La première année du changement pour les Français - principales mesures".

Est présenté un calendrier en trois périodes : les premières semaines suivant l'élection (6 mai-29 juin), la session extraordinaire du Parlement (3 juillet-2 août) et les dix mois suivants (août 2012-juin 2013).

Au total, 35 mesures très concrètes et précises, déjà annoncées, allant du blocage du prix des carburants à la réforme des retraites, en passant par la rentrée scolaire, la réforme fiscale avec tranche d'imposition à 75% pour les revenus dépassant 1 million d'euros.

Très symbolique, la première concerne "une autre façon de présider et de gouverner" et stipule la "réduction de la rémunération du chef de l'Etat et des membres du gouvernement de 30%". Le "maître-mot du Bourget demeure: la justice", selon l'entourage du candidat socialiste.

Durant cette première année, "toutes les forces seront mobilisées pour redresser la France" avec "les grandes réformes de structures financières, budgétaires, sociales et de démocratisation" et parallèlement, "la réponse à un certain nombre d'urgences : pouvoir d'achat, emploi, jeunesse, logement", soulignent ses proches.

En pleine percée de Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) dans les sondages, M. Hollande, "porteur d'une réponse aux indignations", selon ses proches, veut se poser en "candidat de la gauche de changement et de gouvernement", "seul" capable de remporter la présidentielle face à Nicolas Sarkozy.

Le message: "Nous sommes prêts à décider, à agir". Il faut "montrer que le changement, c'est tout de suite" dès le 7 mai, lendemain du second tour, souligne l'entourage amplifiant le slogan de campagne "Le changement, c'est maintenant", et faisant valoir que "la gauche n'a jamais été aussi prête à agir aussi rapidement en cas de victoire".

"Les Français veulent un cap, une cohérence, une constance, pas du zig-zag" comme depuis 5 ans", assure-t-on encore.

La mise en musique est parfaitement orchestrée: M. Hollande est l'invité mercredi matin de RTL, alors que deux ténors PS faisant figure de possibles Premiers ministres, Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault, seront interviewés, la première sur France Info, le second par un quotidien. Laurent Fabius se chargera ensuite du "travail d'explication".

Jeudi est lancé "Le printemps des territoires délaissés" alors que les sondages ont évoqué une abstention pouvant dépasser les 30% et que François Hollande y a vu "le risque" de cette présidentielle 2012.

Le socialiste accomplira durant trois jours un véritable marathon dans les quartiers en difficulté : Narbonne, Nîmes, Vaulx-en-Velin, Creil, et en banlieue parisienne Trappes, Les Ulis, Clichy-sous-Bois, Aubervilliers et Aulnay-sous-bois.

Vous aimerez aussi

L'ex-président brésilien  (2003-2011) Luiz Inacio Lula da Silva à Sao Bernardo do Campo le 7 avril 2018.  [Miguel SCHINCARIOL / AFP]
Brésil Lula dit à son parti qu'il est libre de trouver un autre candidat à la présidentielle
scrutin Costa Rica : Carlos Alvarado vainqueur de la présidentielle
élection Présidentielle en Egypte : Sissi réélu avec plus de 97,08% des voix

Ailleurs sur le web

Derniers articles