Jean-Christophe Cambadélis a présenté son projet pour l'avenir du PS

Le député de Paris, Jean-Christophe Cambadélis, candidat à la succession de Martine Aubry à la tête du PS, a exposé son projet pour le parti, basé sur cinq "exigences", qui à ses yeux permettront de "moderniser la France, revivifier la République", dans une tribune publiée dans le Monde daté de jeudi.[AFP] Le député de Paris, Jean-Christophe Cambadélis, candidat à la succession de Martine Aubry à la tête du PS, a exposé son projet pour le parti, basé sur cinq "exigences", qui à ses yeux permettront de "moderniser la France, revivifier la République", dans une tribune publiée dans le Monde daté de jeudi.[AFP]

Le député de Paris, Jean-Christophe Cambadélis, candidat à la succession de Martine Aubry à la tête du PS, a exposé son projet pour le parti, basé sur cinq "exigences", qui à ses yeux permettront de "moderniser la France, revivifier la République", dans une tribune publiée dans le Monde daté de jeudi.

"Au-delà du soutien à l'action menée par le président et le Premier ministre, notre famille politique doit se fixer cinq exigences", a écrit l'élu parisien dans cette tribune où il déroule son programme d'action s'il était désigné pour prendre les rênes du PS.

La première de ces exigences est la "réflexion" de façon à "faire partager nos idées, diffuser nos analyses, nos solutions", a poursuivi M. Cambadélis.

Relevant que 2013 "sera une année sans élection", le député de Paris estime que cela "devra permettre de nouvelles rénovations", en particulier "moderniser notre rapport à l'entreprise et à la démocratie sociale", mais aussi "notre vision de la République face à la montée du consumérisme, du libéralisme et du religieux".

M. Cambadélis préconise à cet effet quatre "conventions" pour permettre aux socialistes de "trancher" sur ces différentes thématiques et de "préparer les échéances électorales".

La deuxième exigence porte sur "la rénovation de la vie publique", a poursuivi M. Cambadélis en prônant notamment de faire appel à "une nouvelle génération de responsables (...) le plus souvent issue du militantisme de terrain, qu'il soit politique, syndical, associatif ou humanitaire".

L'exigence suivante est celle d'"associer les territoires au changement", a écrit le député socialiste en rappelant que le "PS est le premier de France par le nombre de ses élus".

L'Europe doit aussi être "une priorité d'action de la prochaine direction du PS", a encore souligné Jean-Christophe Cambadélis.

"Ni eurobéats, ni eurosceptiques, il nous faut faire fructifier l'influence nouvelle du Parti socialiste français dans le Parti socialiste européen (PSE)".

Le député de Paris préconise aussi un "sommet des progressistes" ouvert aux syndicats et au mouvement social "pour fixer ensemble des objectifs communs de transformation sociale".

M. Cambadélis propose enfin de mettre en place un "comité de liaison" avec les différents "partenaires" de gauche.

"Il permettrait aux partis qui constituent la majorité présidentielle d'échanger, d'anticiper, d'éclairer. La gauche gagnera à être diverse, elle perdrait à devenir adverse".

 

Et sur DirectMatin.fr :

Remous au PS après l'appel d'Harlem Désir

PS : Aubry donnera "la semaine prochaine" le nom de son candidat

Vous aimerez aussi

portrait Tout savoir sur Olivier Faure, le futur premier secrétaire du PS
Bientôt sans local, sans chef, et toujours sans ligne politique claire, le PS entend tout remettre à plat.
Politique Le Parti socialiste veut se réinventer
Politique Le Conseil national du PS désigne une nouvelle direction collégiale de 28 membres

Ailleurs sur le web

Derniers articles