Mariage homosexuel : Boutin réclame un référendum

Christine Boutin. Christine Boutin. [VALERY HACHE / AFP]

Christine Boutin, présidente du Parti Chrétien-démocrate (PCD), a à nouveau réclamé mardi un référendum sur le mariage homosexuel, chaque Français devant, à ses yeux, pouvoir s'exprimer sur ce "sujet lourd dans ses conséquences pour la société".

Réagissant sur Europe 1 au dévoilement par la garde des Sceaux du projet gouvernemental en ce sens, l'ex-ministre a assuré que "le match n'est pas du tout perdu" pour les opposants à ce mariage.

Un référendum serait, aux yeux de Mme Boutin, "l'intérêt du gouvernement, qui est pour une démocratie participative", celui des Français "qui pourraient s'exprimer" et celui "de la paix sociale et civile".

"La déclaration de Mme Taubira est un très mauvais indicateur de la volonté du gouvernement d'un débat serein sur cette affaire", a-t-elle poursuivi. "Refuser l'objection de conscience, alors qu'il n'y a eu aucun débat", peut "être vécu comme une provocation".

Dans La Croix, Mme Taubira assure que les maires rétifs ne seront pas autorisés à ne pas célébrer les mariages homosexuels, expliquant que "le code civil va être modifié, il s'impose à tous".

"Si le gouvernement continue comme ça, il ne fera qu'attiser les passions et les violences", avertit Mme Boutin. "Je demande la paix sur ce sujet".

Quant à la justification par l'égalité des droits, Mme Boutin la conteste: la ministre de la Justice, observe-t-elle, a exclu la procréation médicalement assistée pour couples du même sexe. "Alors quelle est l'égalité avec les hétérosexuels, qui y ont droit ?"

"Il y a onze pays au monde" qui ont adopté ce mariage, dont huit européens, a observé l'ex-ministre. "On n'est pas du tout en retard et la France est le pays des droits de l'homme. Sa position sera très importante pour le monde entier".

Vous aimerez aussi

Les grandes lignes du plan banlieues dévoilées
Société Les grandes lignes du plan banlieues dévoilées
Référendum sur l?avortement en Irlande
Société Avortement : l'Irlande à l'heure du choix
Jean-Louis Borloo à Paris, le 1er décembre 2016 [JOEL SAGET / AFP/Archives]
Société 8 mois de mobilisation qui ont ramené les banlieues dans l'agenda politique

Ailleurs sur le web

Derniers articles