Fillon a présenté les trois "règles d'or" de son projet

François Fillon, le 26 septembre 2012 à l'Assemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP] François Fillon, le 26 septembre 2012 à l'Assemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP]

François Fillon, candidat à la présidence de l'UMP, a présenté mercredi trois "règles d'or" de son "projet pour la France", pour l'Etat, les comptes sociaux et les collectivités, se disant "inénervable" dans sa rivalité avec Jean-François Copé.

L'ex-Premier ministre veut une règle d'or pour l'Etat - zéro déficit -, une autre sociale - "que les dépenses de santé ne progressent pas plus que la croissance", avec la fin de l'accès gratuit à la CMU et l'AME - et une règle d'or locale: sanctionner les collectivités qui dépensent et augmentent les impôts.

Au fil de ses trois "pactes" - productif, national, européen -, le député de Paris a égrené devant la presse des mesures précises: suppression de 1.000 normes dans le droit français en cinq ans, 80.000 places de prison, ramener les corps de la fonction publique de 300 à 20 ou 30...

Son "pacte national" s'appuie sur un tryptique école-sécurité-immigration, avec des peines-planchers pour tous les délits et un débat annuel au Parlement pour "fixer précisément (...) le nombre de migrants qui pourront être accueillis en France".

L'ex-Premier ministre a répété que la France et l'Europe vivaient "une crise existentielle": "Nous sommes face au risque de déclassement des économies européennes".

Il a reconnu qu'il y avait entre lui et Jean-François Copé des "différences d'histoires, de personnalités, de parcours, mais pas pour l'essentiel", avant de résumer son état d'esprit, surtout quand des proches de son rival le compare à un "Hollande de droite": "Je suis inénervable!".

François Fillon était entouré de ses principaux soutiens : Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Gérard Larcher, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi, Chantal Jouanno, Jérôme Chartier.

Vous aimerez aussi

Politique Robert Bourgi revient sur l'affaire François Fillon
Politique Qu'est devenu François Fillon ?
François Fillon au côté de son épouse Penelope Fillon, lors d'un meeting de campagne, le 29 janvier 2017 à Paris [Eric FEFERBERG / POOL/AFP/Archives]
Scandale «Penelopegate» : un an après les premières révélations, où en est l'enquête ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles