Sarnez pour l'organisation de primaires centristes

La vice-présidente du Modem Marielle de Sarnez le 30 juin 2012 à Paris [Mehdi Fedouach / AFP/Archives] La vice-présidente du Modem Marielle de Sarnez le 30 juin 2012 à Paris [Mehdi Fedouach / AFP/Archives]

La vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez, a estimé jeudi que la famille centriste "devra avoir un candidat" à la présidentielle de 2017 et qu'il serait bon dans ce cadre d'organiser des primaires, du centre-droit au centre-gauche.

"Je pense que le centre, large, devra avoir un candidat", déclare l'eurodéputée à propos de la prochaine présidentielle, dans un entretien à l'émission "Face aux Chrétiens" (RCF-Radio Notre Dame-La Croix-KTO).

"Ma différence avec certains à l'Union des démocrates et indépendants (UDI, nouveau parti présidé par Jean-Louis Borloo, ndlr)" est que "je serais favorable à ce qu'il y ait, le moment venu, des élections primaires du centre en France, du centre droit au centre gauche en passant par le MoDem", a-t-elle déclaré.

Cette prise de position intervient quatre jours après la main tendue du président du MoDem, François Bayrou à Jean-Louis Borloo, à qui il a proposé de travailler ensemble à l'unité de la famille centriste.

"J'entends certaines voix à l'UDI, y compris celle de Jean-Louis Borloo, qui veulent des primaires entre le centre droit et l'UMP. J'ai une petite différence: je n'ai pas tellement envie d'être le Jean-Michel Baylet (président du PRG ayant obtenu 0,6 % à la primaire du PS, ndlr) de l'UMP", a précisé Mme de Sarnez.

"Pour la prochaine présidentielle, ce serait bien, si on considère que le centre est incontournable dans la vie politique française, qu'il s'exprime et qu'il ait ses primaires", a-t-elle insisté.

Vous aimerez aussi

Migrants «Ils ne sont rien» : le quotidien des mineurs isolés étrangers au centre de MSF
Des migrants au bord d'une route près du Port de Calais, dans les Hauts-de-France, le 3 juillet 2017 [DENIS CHARLET / AFP/Archives]
Calais Migrants : Collomb annonce la création de deux centres dans les Hauts-de-France
Hautes-Pyrénées Ils construisent un mur pour empêcher la création d'un centre d'accueil de migrants

Ailleurs sur le web

Derniers articles