Alliance bolivarienne : l'équipe Mélenchon dénonce la «caricature»

L'équipe de Jean-Luc Mélenchon dénonce de la «mauvaise foi». [PHILIPPE HUGUEN / AFP]

«On nous a beaucoup caricaturé» : L'équipe de Jean-Luc Mélenchon a critiqué vendredi la «mauvaise foi» des attaques contre le candidat de La France insoumise sur sa proposition de rejoindre «l'alliance bolivarienne».

«C'est ce que j'appelle faire peur aux moineaux», a déclaré Alexis Corbière, porte-parole de M. Mélenchon, sur Public Sénat/Sud radio. Il a dénoncé la «mauvaise foi» et le «caractère répétitif» d'attaques faisant le lien entre la volonté de Jean-Luc Mélenchon de sortir de l'OTAN et des traités européens et la proposition de rejoindre «l'alliance bolivarienne». 

La veille, le candidat d'En marche! Emmanuel Macron avait ironisé à propos de la volonté de M. Mélenchon de «relever» la France «dans l'alliance bolivarienne».

Lancée par Hugo Chavez et Fidel Castro en 2005, l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba) est un projet régional d'intégration économique et politique. Elle rassemble l'Equateur, le Venezuela, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua et plusieurs petits pays des Antilles tels que la Dominique, Saint-Vincent et les Grenadines, Sainte-Lucie ainsi que Antigua et Barbuda. L'alliance a considérablement perdu de son influence ces dernières années.

Une collaboration avec l'Amérique du Sud

«Parce qu'on prend au sérieux la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, on considère qu'elles doivent être en lien et en collaboration avec les pays d'Amérique du Sud», a déclaré Manuel Bompard, directeur de campagne de M. Mélenchon, qui était interrogé sur le même thème par Europe 1. «Et on nous a beaucoup caricaturés sur ce sujet», a-t-il dit, rappelant que la France participait déjà à l'Association des Etats de la Caraïbe, dont Cuba et le Venezuela sont aussi membres. «Donc ce qu'on vous propose ne me paraît pas extraordinaire ou exceptionnel», a-t-il dit. 

Quant à la présence de la Syrie et l'Iran dans les pays observateurs de l'alliance, relevée par ceux qui ont attaqué M. Mélenchon sur ce sujet, M. Bompard a fait remarquer : «l'Iran par exemple est aussi à l'Unesco». «Je pense que personne ici ne propose de sortir de l'Unesco», a-t-il lancé, rappelant que les sanctions internationales contre le pays avaient été levées pendant le quinquennat de François Hollande.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles