Présidentielle 2017 – Publié le 15 janvier à 16:01 – Mis à jour le 15 janvier 2017 à 23:07

[LIVE] Primaire de la gauche ► Revivez le deuxième débat

[LIVE] Primaire de la gauche ► Revivez le deuxième débat «
Play

L'interdiction de la vente de la burqa a...

»
Play

Ouverture jeudi à Ivry d’un nouveau cent...

[LIVE] Primaire de la gauche ► Revivez le deuxième débat

Dès 18h, ce dimanche 15 janvier, suivez en direct sur CNews le deuxième débat de la primaire de gauche. Durant deux heures trente, les sept candidats de la "Belle Alliance Populaire" répondront aux questions de Laurence Ferrari, Laurent Neumann et Ruth Elkrief. Au cœur de ce nouveau débat, cinq thématiques : "La France dans un monde nouveau" ; "L’Europe et ses frontières" ; "Objectif, France verte ?" ; "Quel président de gauche ?" ; "L’école de demain".

20h47 ► Le débat est terminé, retrouvez le débrief en direct sur CNews

Audrey Pulvar vous donne rendez-vous dès à présent sur CNews pour un débrief de ce deuxième débat de la primaire de gauche.

20h35 ► Les candidats concluent le débat

Les uns après les autres, les candidats concluent ce deuxième débat de la primaire de gauche. "J'ai trouvé ce débat beaucoup plus vivant et approfondi que le précédent", estime Vincent Peillon. Pour Benoît Hamon : "La droite est beaucoup plus dangereuse et beaucoup plus dure qu'elle ne l'était auparavant. C'est pourquoi cette primaire doit servir à choisir un homme ou une femme de gauche qui ne clive pas la gauche. Et qui pourra rassembler non sur sa personne, mais sur les thèmes qu'il ou elle défend". Sylvia Pinel conclue : "Les dirigeants politiques doivent être à la hauteur et entendre les défis du quotidien. Mon projet, c'est celui de la gauche des libertés, (...) qui doit porter un message d'espoir et de rassemblement". Jean-Luc Bennahmias défend son idée "d'arc progressiste, de grande alliance de Mélenchon à NKM, en passant par, évidemment, Emmanuel Macron (...) Vivement dimanche prochain !", lance-t-il, déclenchant quelques sourires. A son tour, François de Rugy explique avoir constaté que "la société française est souvent très en avance sur la classe politique", et veut ouvrir la voie du "progrès par l'écologie". Enfin, dernier à prendre la parole, Manuel Valls conclut : "Dans ce monde incertain, j'ai l'expérience pour faire face aux grands défis de la planète, pour faire face aux dirigeants de ce monde. J'ai l'énergie pour accompagner les Français".

20h16 ► La laïcité, un sujet polémique

La laïcité est désormais abordée. Pour Benoît Hamon, l'égalité homme-femme est un combat incontournable.

Sylvia Pinel estime que les candidats n'ont pas à mettre leurs convictions religieuses en avant.

Jean-Luc Bennahmias donne son avis sur la question.

Vincent Peillon considère que la laïcité "est au coeur de notre nation". Il fustige notamment François Fillon sur ce sujet. Le candidat ajoute : "Je crois que notre pays est en train de régresser profondément sur sa connaissance de ce qu'est la laïcité".

19h56 ► Quel avenir pour l'école française ?

Les candidats s'expriment sur la question de l'école. "Si la gauche doit s'identifier à quelque chose, c'est à l'école", lâche Manuel Valls. "Il y a une fuite des inscriptions vers le privé", déplore Arnaud Montebourg. Sylvia Pinel déclare quant à elle : "Je veux attirer l'attention sur le verrou que veut faire sauter François Fillon sur le financement des écoles privées, et organiser une concurrence accrue entre le privé et le public. Cela voudra dire que les enfants issus de milieux modestes ou fragiles ne pourront plus avoir les mêmes chances."

"Je pense que jamais autant n'a été fait pour l'école de la République depuis des décennies. Tout le monde le reconnaît. Je pense que personne ne reviendra sur les mesures prises", estime Vincent Peillon.

Benoît Hamon explique : "Je souhaite que dans toutes les écoles de la République il y ait un plafond de 25 élèves par classes. C'est un élément décisif pour lutter contre les inégalités".

19h55 ► Les sept candidats s'engagent à soutenir le vainqueur

Les sept candidats à la primaire initiée par le PS se sont engagés à soutenir le vainqueur. "Oui, c'est pour ça que je veux gagner", a notamment répondu Manuel Valls, provoquant des rires dans l'assistance, imité par Arnaud Montebourg qui a déclaré n'avoir "pas d'autre choix que de gagner".

19h43 ►Les candidats font le bilan du quinquennat de François Hollande

"Je trouve qu'il y a une forme d'immaturité de guetter tous les cinq ans qui sera le président providentiel. Aucun de nous ne l'est, pas plus qu'ailleurs. Cessons de croire comme une sorte de foi dans la Ve République que l'un d'entre nous aurait le génie de résoudre tous les problèmes", déclare Benoît Hamon. Sylvia Pinel défend le quinquennat de François Hollande : "On ne peut pas laisser dire que rien n'a été fait pendant ces cinq ans".

De son côté, Manuel Valls fait lui aussi son propre bilan de ce quinquennat. Lors du premier débat, l'ancien Premier ministre s'était dit fier du bilan de François Hollande. Aujourd'hui il se dit seulement fier d'avoir gouverné.

19h15 ► La question de la légalisation du cannabis entre dans le débat

Les candidats s'expriment sur la question de la légalisation du cannabis. Pour Sylvia Pinel, "Il faut regarder les choses en face. C'est un enjeu de santé publique, mais c'est aussi un enjeu de sécurité". Manuel Valls déclare quant à lui : "Il faut des interdits dans une société. Il faut des règles". Notre journaliste Julien Nény confirme quant à lui que le Portugal a bien dépénalisé le cannabis, et non légalisé.

A Marseille, cent cinquante personnalités parmi les politiques, médecins, enseignants ou encore policiers dénoncent l’échec de la prohibition du cannabis. Les signataires de la pétition appellent à une vente encadrée par l'Etat et à une taxe pour en finir avec cette économie dissimulée. Avec 1,4 millions de fumeurs de joints réguliers, les Français figure parmi les plus gros consommateurs de cannabis en Europe.

19h07 ► Benoît Hamon plus discret qu'au premier débat

Selon notre journaliste présent sur place, Benoît Hamon est davantage en retrait par rapport au premier débat.

18h55 ► La question de l'écologie entre dans le débat

Les candidats débattent à présent sur la question de l'écologie. Pour Arnaud Montebourg, "l'ennemi, c'est le carbone, le charbon et le pétrole, c'est une drogue. Pour s'en défaire, ça va être difficile. [...] On a besoin du nucléaire pour pouvoir réduire cette addiction au carbone". Vincent Peillon révèle quant à lui que "De 2012 à 2017, la fiscalité écologique a augmenté de 46% pour un ménage avec deux enfants". 

18h19 ► La gestion du dossier des migrants

Les candidats s'expriment sur la question des migrants. Selon l’Insee, chaque année, entre 2004 et 2012, 200.000 immigrés sont arrivés en France en moyenne, ce qui représente 0,3 % de la population totale. Pour Benoît Hamon, la France n'a pas été à la hauteur en accueillant "si peu" de migrants. "5.000 migrants sont morts en Méditerranée", avance François de Rugy. Selon l'ONU, plus de 5.000 migrants ont effectivement trouvé la mort depuis le début de l'année en traversant la Méditerranée pour rejoindre les côtes européennes. Il s'agit du bilan le plus lourd jamais enregistré. Arnaud Montebourg a salué l'accueil des réfugiés dans le pays par les maires, saluant "un état d'esprit [de volontariat] puissant dans notre pays". Vincent Peillon reproche à Manuel Valls sa fermeté sur les migrants, l'accusant d'avoir voulu "faire la leçon à la chancelière" Merkel sur les réfugiés. François de Rugy accuse quant à lui François Fillon de promettre "une immigration zéro" et déclare : "La sortie du nucléaire, c'est possible, c'est une chance pour l'emploi et le pouvoir d'achat".

18h07 ► Les candidats s'expriment sur Donald Trump

Les sept candidats sont sensiblement d'accord sur le bouleversement de l'élection américaine.

#PrimaireLeDebat > "Incontestablement, l'arrivée de Donald #Trump à la tête des Etats-Unis créé un élément d'instabilité",pour @benoithamon pic.twitter.com/4K7Vt9muRY

18h00 ► Le débat de la primaire commence en direct sur iTélé


17h43 ► Les jeunes sympathisants de Benoît Hamon sont prêts

A quelques minutes du deuxième débat de la primaire de gauche, les jeunes sympathisants de Benoît Hamon se préparent. Pour eux, le candidat incarne un vrai espoir pour les décus de "l'actuel mandat".

17h35 ► Retour sur le débat des jeunes

Quelques heures avant le premier débat de la primaire de la gauche, Laurence Ferrari recevait Margot Antoniazzi, coordinatrice des Jeunes avec Manuel Valls, Alexis Dousselain, membre des Jeunes avec Vincent Peillon, Valentin Narbonnais, membre des Jeunes avec Benoît Hamon et Mathias Nirman, fondateur des Jeunes avec Arnaud Montebourg.

17h33 ► Retour sur les programmes économiques de Benoît Hamon, Vincent Peillon et Manuel Valls

Les trois candidats proposent trois programmes économiques très différents. Benoît Hamon souhaite ainsi l’abrogation de la loi Travail, tandis que Vincent Peillon propose une réécriture et que Manuel Valls n’y touchera pas. Benoît Hamon propose également l’instauration d’un revenu universel, ainsi que Manuel Valls, par une fusion des minimas sociaux. Vincent Peillon propose lui un bouclier fiscal pour les plus modestes.

17h28 ► Manuel Valls est le premier candidat à arriver sur le plateau du débat

17h20 ► Jean-Luc Bennahmias sera le premier à intervenir

Comme pour le premier débat, un tirage au sort a déterminé l'ordre de passage pour la première réponse : Jean-Luc Bennahmias sera le premier à prendre la parole, suivi de Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Manuel Valls, François de Rugy et Sylvia Pinel.

16h50 ► Pour les Français, Arnaud Montebourg se détache

Pour l'ensemble des Français, Arnaud Montebourg se détache des autres candidats suite au premier débat de la Primaire de gauche. Fera-t-il encore la différence ce soir ?

16h10 ► Les sept candidats arrivent au Studio Gabriel

16h04 ► L’Europe et l'écologie, deux thèmes importants au programme de ce débat

L'Europe et l'écologie seront parmi les cinq thèmes qui seront abordés dans le deuxième débat de cette primaire de gauche. Sur la question de l'Europe et ses frontières, Arnaud Montebourg veut signer un "nouveau Traité de Rome" et balaie la règle des 3% de déficit. Une règle que refuse aussi Benoît Hamon, qui souhaite négocier avec l'Allemagne un plan d'investissements, pour la transition écologique entre autres.

Vincent Peillon évoque un "new deal européen" à partir du moteur franco-allemand quand Manuel Valls voudrait une plus grande implication des parlements nationaux. Tous deux promettent de respecter les 3% de déficit (Manuel Valls souhaite "rester à 3%"), comme l'écologiste François de Rugy et la radicale de gauche Sylvia Pinel.

Côté écologie, Benoît Hamon, qui ne sera "plus jamais socialiste sans être écologiste", prône un plan "zéro déchet" et s'engage pour 50% d'énergie renouvelable en 2025 en réduisant la part du nucléaire. Vincent Peillon promet aussi de réduire la part du nucléaire comme prévu dans la loi de transition énergétique, là où M. Valls décidera de la fermeture ou du prolongement des centrales selon "un calcul économique clair".

Arnaud Montebourg laisserait ce choix à l'autorité de sûreté nucléaire, ce qui lui vaut les attaques de François de Rugy, qui fermerait toutes les centrales.

16h02 ► Revivez le best of du premier débat de la primaire de gauche et la revue de presse

Jeudi 12 janvier, les sept candidats de la "Belle Alltiance Populaire" s'affrontaient dans un premier débat avant l'élection du 22 janvier prochain. Revivez les interventions les plus marquantes de cette soirée en images.

Pour la plupart des journaux, ce premier débat s'était déroulé de façon apaisée, mais peut être un peu trop. La principale critique qui ressortait de cette première rencontre était l'absence d'entrain des sept candidats, comme en témoignait le dessin de Ranson, publié dans Le Parisien.


Dimanche 15 janvier, 16h00 ► Edition spéciale sur CNews, consacrée au deuxième débat de la primaire de la gauche

Dès 18h, ce dimanche 15 janvier, suivez en direct sur CNews le deuxième débat de la primaire de gauche. Durant deux heures trente, Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls, les sept candidats de la "Belle Alliance Populaire" répondront aux questions de Laurence Ferrari, Laurent Neumann et Ruth Elkrief. Cinq thématiques ponctueront ce deuxième affrontement : "La France dans un monde nouveau" ; "L’Europe et ses frontières" ; "Objectif, France verte ?" ; "Quel président de gauche ?" ; "L’école de demain".

Article rédigé par la rédaction de CNews