Cannes veut y croire

Portées par leur foi, les volleyeuses de Cannes visent une troisième victoire en Ligue des champions ce week-end à Bakou[AFP/Archives]

Portées par leur foi, les volleyeuses de Cannes visent une troisième victoire en Ligue des champions ce week-end à Bakou où elles rencontrent les Italiennes de Villa Cortese en demi-finale samedi.

Sur le papier, le rapport de force est défavorable aux Azuréennes dont le budget d'un peu plus de deux millions d'euros ressemble à un pourboire par rapport aux liquidités dont disposent les nouveaux géants européens.

Villa Cortese reste un concurrent équitable. Mais les deux protagonistes de l'autre demi-finale, les Turques de Fenerbahçe et les Russes de Kazan, sont tellement riches que l'un ou l'autre sera d'office favori de la finale dimanche.

"On parle d'un autre monde. Les joueuses de Cannes sont bien payées mais c'est incomparable avec les clubs russes ou turcs", explique Fabrice Vial, le sélectionneur de l'équipe de France féminine.

Pour autant Cannes ne part pas battu d'avance. A l'addition de stars, le champion de France oppose un esprit de corps qui peut renverser des montagnes, comme en quarts de finale où les joueuses de Yan Fang ont sauvé six balles de match pour terrasser le tenant du titre de Günes Istanbul.

"J'y étais, c'était de la pure folie, rapporte Vial. Yan Fang me disait que cela n'arrive qu'une fois dans une vie d'entraîneur. Il n'y croit toujours pas. Dix fois dans la partie il s'est dit que c'était fini. Et non. Au final, Cannes a gagné parce que c'était une équipe contre des individualités."

"On y a cru jusqu'au bout, jusqu'au bout", souligne l'éternelle Victoria Ravva, 36 ans, qui met, elle aussi, en avant la force collective.

Elle permet de ne jamais être rassasié en France où Cannes a remporté les seize dernières Coupes de France et les quatorze derniers titres de champion. Et, sur la scène européenne, de décrocher deux victoires en Ligue des champions, en 2003 et 2004, et de participer pour la dixième fois au Final Four.

Victoria Ravva, qui a connu les neuf premiers avec Cannes, avertit que c'est "beaucoup plus dur de gagner cette compétition aujourd'hui qu'il y a dix ans". Mais elle y croit, animée par cette irrésistible foi en son équipe.

Selon Fabrice Vial, la demi-finale est tout à fait dans les cordes des Cannoises: "Elles ont battu Villa Cortese deux fois en poules cette saison. Même si à l'époque les Italiennes sortaient pour beaucoup d'entre elles de la Coupe du monde et étaient fatiguées, ça reste tout à fait jouable."

Si sa prédiction se vérifie, il ne restera alors plus qu'à "créer l'exploit" en mettant "de la folie sur le terrain". "Connaissant la capacités des filles à se transcender, je me dis qu'elles sont capables de tout", estime Vial.

Vous aimerez aussi

Volley-ball Le calendrier des Bleus à l’Euro 2017 de volley-ball
L'équipe de France de volley fête sa victoire lors de la demi-finale contre le Canada, le 7 juillet 2017 à Curitiba, au Brésil [NELSON ALMEIDA / AFP]
volley La France remporte sa deuxième Ligue Mondiale
Les joueurs français célèbrent leur accession à la finale de la Ligue mondiale, le 7 juillet 2017 à Curitiba [NELSON ALMEIDA / AFP]
volley Ligue mondiale : la France rejoint le Brésil en finale

Ailleurs sur le web

Derniers articles