Handball: l'opération reconquête de l'équipe de France

Après son désastreux Euro, l'équipe de France messieurs de handball lance son opération reconquête dans l'optique des jeux Olympiques de Londres avec deux matches amicaux contre la Suisse, jeudi à Chambéry et samedi à Montbéliard.[AFP/Archives]

Après son désastreux Euro, l'équipe de France messieurs de handball lance son opération reconquête dans l'optique des jeux Olympiques de Londres avec deux matches amicaux contre la Suisse, jeudi à Chambéry et samedi à Montbéliard.

Ces deux rencontres, contre un adversaire qui ne s'est plus qualifié depuis 2006 pour la moindre compétition internationale, devraient permettre aux Bleus, champions olympiques en titre, de retrouver le goût de la victoire et d'évacuer le pénible souvenir de l'Euro.

En Serbie, la France, également double championne du monde en titre, a perdu son titre européen, et obtenu son plus mauvais résultat depuis 1990 dans une grande compétition, avec une 11e place finale.

D'abord réunis pendant deux jours, lundi et mardi, à l'Insep à Paris, les Français se sont donc, entre tests médicaux et physiques, livrés à une grande introspection.

"On a eu deux ou trois réunions où on a parlé de l'Euro et de ce qui n'a pas été, de ce qu'on n'a pas bien fait pendant la préparation pour essayer de bien repartir et mieux préparer les jeux Olympiques", confie Nikola Karabatic, le leader offensif des "Experts".

Le demi-centre égrène ce que ces discussions ont révélé des insuffisances françaises en Serbie: "On a surtout eu un manque de confiance et de réussite individuelle. On n'a pas été performant ensemble non plus. Notre jeu collectif n'a pas été aussi brillant que par le passé, on a trouvé moins de solutions."

"Mais on a vu aussi que tout n'était pas tout noir, qu'il va falloir bosser, mais que notre niveau ne s'est pas envolé comme ça", relativise-t-il, en notant que la première étape va être de "retrouver de la confiance".

Ce que les deux matches contre la Suisse, une équipe de deuxième rang européen, qui s'appuie surtout sur les joueurs de Schaffhausen, son représentant en Ligue des champions, devraient autoriser à peu de frais.

"Ca va nous permettre de jouer, de se retrouver, de communier avec le public, estime Karabatic. Après, ce n'est pas là-dessus qu'on va préparer les jeux Olympiques. Ces deux matches sont importants, on a à coeur de bien jouer, de gagner, mais ils ne sont pas déterminants pour notre préparation."

Ces deux rencontres pourraient cependant compter dans la réflexion de Claude pour la composition de sa liste des 14 joueurs retenus pour les JO (27 juillet-12 août): dix paraissent déjà certains d'aller à Londres et quatre places restent a priori à prendre.

Trois joueurs qui étaient à l'Insep en début de semaine ont été renvoyés chez eux pour des blessures: Kevynn Nyokas (déchirure), Xavier Barachet (genou) et Michaël Guigou (inflammation des adducteurs).

Or leurs postes, arrière droit pour Nyokas et Barachet et ailier gauche pour Guigou, sont ceux sur lesquels persistent le plus de doutes. En leur absence, certains (Sébastien Bosquet, Arnaud Bingo, Samuel Honrubia) seront observés de près.

Vous aimerez aussi

Handball Ligue des champions : trois clubs français au Final Four
Handball PSG - Montpellier, 16e journée de Lidl StarLigue : à quelle heure et sur quelle chaîne ?
Handball Euro 2018 : la France en bronze après sa victoire face au Danemark (32-29)

Ailleurs sur le web

Derniers articles