Ligue 1: première victoire au Parc du "Qatari SG" saison 2

Le milieu de terrain argentin du PSG Javier Pastore (g) marque d'un lob le 14 septembre 2012 contre Toulouse [Miguel Medina / AFP] Le milieu de terrain argentin du PSG Javier Pastore (g) marque d'un lob le 14 septembre 2012 contre Toulouse [Miguel Medina / AFP]

Paris a le sourire: en battant Toulouse 2-0, avec le 5e but d'Ibrahimovic, vendredi en match avancé de la 5e journée de L1, le PSG a signé son deuxième succès de suite et surtout son premier à domicile, effaçant l'impression mitigée laissée face à Lorient (2-2) et Bordeaux (0-0).

Avec 9 points, il se poste provisoirement à la 3e place du classement, tandis que "Zlatan" consolide son statut de meilleur buteur, avec cinq buts en quatre matches disputés.

Il y avait comme un air de répétition générale: répétition de la bonne prestation démontrée à Lille (victoire 2-1), et préparation du premier match de Ligue des champions après huit ans d'absence, mardi contre le Dynamo Kiev.

"La première idée sera de très bien défendre, avait admis Alain Casanova. Bordeaux ou Lorient l'ont montré, mais y aller uniquement pour défendre c'est subir et à un moment ou un autre, leur talent fera la différence".

On attendait un Téfécé en béton armé, et s'il a subi, il ne s'est pour autant arc-bouté dans sa surface, prenant par exemple souvent les Parisiens au piège du hors-jeu. Mais les Violets n'auront eu que trois ou quatre frappes à leur actif, aucune dangereuse.

Et les Parisiens ont contrôlé la partie, avec du jeu, de l'envie et de l'autorité.

Mais dans la constellation parisienne, c'est une jeune étoile qui est en train d'éclore: Verratti a été impressionnant de sang-froid, serein dans la protection de balle et la transmission, et auteur de quelques gestes de classe. Au point d'entendre le Parc scander son nom; pas mal pour un jeunot de 19 ans arrivé, anonyme, dans l'ombre du soleil Ibra.

Pastore sur les deux buts

Le Suédois, lui, a comme toujours posé son empreinte sur le match, avec ce but assez aisé à la réception d'un centre de Ménez (68e), mais aussi souvent mis le pied sur le ballon et ainsi ralenti le jeu.

Mais quand il accélérait, le temps se figeait, comme sur ce grand pont sur Mbengue, assorti d'une frappe trop sage sur le gardien (8e). Et sa seule présence, entre son côté imprévisible et sa qualité technico-physique, mettaient les adversaires à rude épreuve.

Autour de "Zlatan", qui décrochait souvent, gravitait Ménez, cette comète insaisissable, y compris parfois pour ses coéquipiers... Capable de trop tergiverser (5e), d'être trop court sur un centre d'Ibra (32e), de gestes trop "faciles" ou à contre-temps. Mais aussi de placer un bon coup franc sur la tête d'Alex, non cadrée (47e), et surtout de délivrer une offrande à l'astre Ibra pour le deuxième but (68e).

Pastore, lui, a clignoté. Eteint dans le jeu, souvent maladroit, il s'est aussi montré décisif, en débloquant le score lorsque, alerté par une balle piquée de Jallet, il lobait Ahamada avancé (38e). Et on l'a même vu tacler, pour récupérer un ballon (43e)! Et il fut aussi à l'origine du deuxième but en lançant Ménez, juste avant d'être remplacé par Chantôme (69e).

Défensivement, Thiago Motta a eu du déchet dans la relance, et Sakho a enchaîné un troisième match en sept jours (après les deux en équipe de France) avec bonheur, précieux dans ses jaillissements, tout comme Alex. Lequel des deux défenseurs centraux sera sacrifié pour laisser sa place à Thiago Silva mardi ?

Vous aimerez aussi

Le capitaine du Liverpool FC, Steven Gerrard (à gauche), quitte Anfield Road à Liverpool après la cérémonie du souvenir pour le 25e anniversaire de la tragédie de Hillsborough le 15 avril 2014 [Paul Ellis / AFP]
foot Il y a 25 ans, la tragédie d'Hillsborough
L'attaquant français Nicolas Anelka retourne sur le banc après avoir été remplacé par un coéquipier alors qu'il évoluait à West Bromwich Albion, ici contre  Everton, le 20 janvier 2014 au stade des Hawthorns [ / AFP/Archives]
foot Brésil : en attendant "Godot" Anelka
L'attaquant de la Juventus Sebastian Giovinco communie avec les fans après avoir marqué un but contre l'Udinese, le 14 avril 2014 au stade Friuli à Udine [ / AFP]
foot La Juventus sans pitié contre Udinese 3-1

Ailleurs sur le web

Derniers articles