Coupe du monde 2018 : l'équipe de France est ambitieuse

Les Bleus espèrent atteindre le dernier carré en Russie.[Anthony Dibon/Icon Sport]

Quart de finaliste au Brésil en 2014, l’équipe de France se présente en Russie avec la formation la plus jeune de la compétition, mais pleine de talents.

Ils avaient donné rendez-vous dans quatre ans. Les larmes aux yeux après leur élimination par l’Allemagne (1-0) en quart de finale de la Coupe du monde 2014, les joueurs de l’équipe de France s’étaient promis de revenir plus forts sur le sol russe en 2018. L’heure est désormais venue de le prouver.

Placés dans le groupe C, en compagnie de l’Australie, du Pérou et du Danemark, les Bleus partiront favoris pour finir en tête. Même s’ils devront tout de même se méfier de leurs adversaires, notamment du Pérou de retour à ce niveau, après trente-six ans d’absence. Il faudra également faire attention aux Danois, que les Tricolores affronteront lors de la dernière journée de la phase de poules. Surtout en cas de match décisif pour la première place ou pour la qualification.

France 98 en héritage

Quoi qu’il en soit, les coéquipiers d’Antoine Griezmann, qui sera très attendu en Russie après avoir été élu meilleur joueur de l’Euro 2016 à domicile, devront d’abord parfaitement négocier le premier rendez-vous face aux Australiens, samedi, pour lancer leur campagne. Une aventure qu’ils espèrent mener le plus loin possible. Et pourquoi pas succéder, vingt ans après, aux champions du monde de 1998. «Certains joueurs n’étaient pas nés, d’autres pas en âge de comprendre. Aujourd’hui, c’est une page blanche, on va vivre une très belle aventure, la plus belle, et il faut la remplir», avait expliqué Didier Deschamps il y a un mois. De son côté, Noël Le Graët avait fixé les demi-finales comme objectif au moment du tirage au sort, en décembre dernier.

Pour y parvenir, cette équipe de France, qui est la plus jeune de la compétition (moyenne d’âge de 26 ans tout juste), s’appuiera sur ses jeunes pépites (Mbappé, Dembélé), mais aussi sur ses cadres (Griezmann, Pogba, Giroud). Reste tout de même à «DD», dont l’ombre de Zinedine Zidane plane au-dessus de sa tête, de trouver la bonne formule. Car lors des matchs de préparation (Irlande, Italie, Etats-Unis), le patron des Bleus a tenté un nouveau système de jeu, qui a eu du mal à se mettre en place, notamment face aux Américains (1-1). Ses hommes ont encore deux jours pour travailler, afin d’être prêts pour le grand défi qui les attend. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles