Un site veut un débat sur les élèves copieurs

Le site internet de ressources éducatives Oodoc.com, mis en cause par un professeur qui a piégé ses élèves et prouvé qu'ils copiaient sur internet, a proposé lundi dans un communiqué une "grande discussion" aux acteurs du monde éducatif sur l'usage des technologies.[AFP/Archives]

Le site internet de ressources éducatives Oodoc.com, mis en cause par un professeur qui a piégé ses élèves et prouvé qu'ils copiaient sur internet, a proposé lundi dans un communiqué une "grande discussion" aux acteurs du monde éducatif sur l'usage des technologies.

Pour les directeurs de ce site, "la solution n'est pas de restreindre l'accès à l'information", alors que ce professeur a prôné d'interdire les sites comme Oodoc.com qui fournissent des corrigés aux élèves, "mais bien de réfléchir à des solutions pédagogiques et techniques pour l'utilisation efficace et réfléchie de cette abondance de contenus".

"Pour cela, il est nécessaire, au-delà des stigmatisations, d'envisager une +grande discussion+ regroupant autour de débats les acteurs du monde éducatif (professeurs et acteur du numérique)", ont-ils proposé.

Loys Bonod, un professeur de lycée parisien, a méticuleusement piégé ses élèves de première via internet et ainsi prouvé que plus des trois quarts avaient copié sur la Toile pour un commentaire de poésie.

Pour cela, il avait notamment livré à deux sites, dont Oodoc.com, un commentaire corrigé en ligne de cette poésie "avec des contre-sens complets", repris ensuite "parfois au mot près" par des élèves.

M. Bonod "a choisi comme boucs émissaires les nouvelles technologies" mais, pour Oodoc.com, "cette mise en cause est faite à tort puisqu'il s'avère que le corrigé mis en ligne par M. Bonod sur Oodoc.com n'a jamais été consulté!", se sont défendus ses directeurs.

Selon eux, cette affaire révèle plutôt "l'obsolescence des méthodes d'évaluation actuelles des élèves" et "les lacunes pédagogiques quant à la recherche et la vérification d'informations ainsi que le recoupage des sources qui sont pourtant des compétences essentielles que doivent avoir nos élèves dans notre société de l'information".

L'expérience du professeur Bonod est relatée sur son blog.

Vous aimerez aussi

Parcoursup : le stress monte
Education Parcoursup : le stress monte
Education Parcoursup : premier bilan dans une classe de terminale
Parcoursup : l'heure de vérité a sonné pour les lycéens
Education Parcoursup : l'heure de vérité a sonné pour les lycéens

Ailleurs sur le web

Derniers articles