Colombie : le chef des Farc ouvre un compte sur Twitter

Capture d'écran d'une vidéo Telesur montrant le chef des Farc, Timoleon Jimenez, le 25 mai 2008 [ / Telesur/AFP] Capture d'écran d'une vidéo Telesur montrant le chef des Farc, Timoleon Jimenez, le 25 mai 2008 [ / Telesur/AFP]

Le chef de la guérilla colombienne des Farc, Timoleon Jimenez, surnommé "Timochenko", a ouvert un compte sur le réseau social Twitter, présenté sur le site internet de la rébellion marxiste, un mois avant le lancement de négociations de paix.

Le nom du compte (@Timochenko_Farc) apparaît devant un portrait du leader des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), sur la page d'accueil du site de la guérilla marxiste (www.farc-ep.co).

Sur Twitter, le compte de Timoleon Jimenez, orné d'une photo en uniforme et localisé depuis "les montagnes de Colombie", le présente comme l'un des "membres les plus anciens du Secrétariat des Farc", l'organe central de la rébellion, fondée il y a 48 ans.

Depuis son premier message, daté du 5 septembre, le compte de "Timochenko" a attiré plus de 1.950 abonnés, parmi lesquels ne figure aucune personnalité politique, tandis que le dirigeant des Farc suit lui-même cinq comptes, dont celui du président colombien Juan Manuel Santos.

"Selon Santos, il y aura bientôt la paix. La terreur d'Etat va très rapidement s'achever, le pays se démocratiser et en finir avec la pauvreté et l'impunité", écrit Timoleon Jimenez, de son vrai nom Rodrigo Londoño, 53 ans, ancien étudiant de médecine ayant pris le maquis dans les années 80.

Issue d'une insurrection paysanne, la principale de Colombie compte encore selon les autorités 9.000 combattants, essentiellement repliés dans les régions de montagnes et de forêts.

Afin de tenter de mettre fin à près d'un demi-siècle de conflit, des représentants des Farc et du gouvernement colombien ont prévu d'ouvrir à partir du 8 octobre en Norvège un cycle de négociations, qui doit se poursuivre à Cuba.

Vous aimerez aussi

(g-d)Les candidats à la présidentielle colombienne Gustavo Petro, Ivan Duque, German Vargas Lleras, Sergio Fajardo et Humberto de la Calle réunis pour un débat télévisé, le 24 mai 2018 à Bogota [Luis ACOSTA / AFP]
Élections La Colombie entre droite et gauche pour la première présidentielle de la paix
Football Coupe du monde 2018 : tout savoir sur la Colombie
Colombie: un braquage stoppé net
Amérique du Sud Colombie : un braquage stoppé net

Ailleurs sur le web

Derniers articles