Natation: Alain Bernard déchu avant l'heure

Alain Bernard ne pourra pas défendre son titre olympique sur 100 m nage libre à Londres, pour n'avoir pas su obtenir sa qualification lors d'une finale des Championnats de France qui a sonné la passation de pouvoir avec Yannick Agnel, jeudi à Dunkerque.[AFP]

Alain Bernard ne pourra pas défendre son titre olympique sur 100 m nage libre à Londres, pour n'avoir pas su obtenir sa qualification lors d'une finale des Championnats de France qui a sonné la passation de pouvoir avec Yannick Agnel, jeudi à Dunkerque.

Il est sorti en dernier de l'eau, le regard perdu. La tête peut-être à ses souvenirs de Pékin, quand il était devenu, à 25 ans, le premier nageur français champion olympique du 100 m.

Quatre ans plus tard, l'aventure s'est terminée pour Bernard sur une triste 5e place, dans un temps modeste pour lui (48.97). Loin, très loin de Yannick Agnel, le nouveau maître de la discipline (48.02) et mégastar à 19 ans de la natation française, après son sacre sur 200 m.

"Ca a nagé vite et moi je n'ai pas nagé assez vite, c'est tout", a-t-il péniblement articulé devant la presse, après avoir été réconforté par ses vieux rivaux, Fabien Gilot, Amaury Leveaux et Frédérick Bousquet.

"J'étais vachement crispé", a-t-il tenté d'expliquer, lui qui avait déjà échoué l'an passé à se qualifier pour les Mondiaux de Shanghai sur 100 m. "Il y a de la déception bien sûr, parce que je sentais que je pouvais faire un peu mieux. Mais je ne l'ai pas fait."

"Le sport de haut niveau n'est jamais un long fleuve tranquille, je sais de quoi je parle", a-t-il ajouté, très ému. "Il faut savoir aussi en laisser aux jeunes, même si on ne le fait pas exprès. Il faut relativiser."

Sa cinquième place signifie qu'il n'est même pas pour l'heure qualifié pour le relais 4x100 m. Le DTN Christian Donzé pourrait cependant décider de l'inclure dans l'équipe.

L'Antibois aura une ultime opportunité de se qualifier pour Londres en individuel sur le 50 m nage libre, dont les séries et les demi-finales ont lieu vendredi et la finale samedi. Il avait été médaillé de bronze à Pékin sur cette distance.

Son entraîneur Denis Auguin a reconnu qu'il avait réalisé une "non-course". "Je ne l'explique pas, je ne l'ai pas vu venir", a-t-il avoué.

"Ce que je lui ai dit, c'est que pendant 13 ans j'ai été fier de lui tous les jours", a-t-il murmuré. "Je le pense vraiment, ça n'efface rien. Même ce soir, j'ai été fier de lui. Demain, il y a le 50 m, c'est le spécialiste du rebond."

Cette finale consacre définitivement l'immense talent de Yannick Agnel. Le Niçois a gagné un pari qui avait laissé sceptique nombre de spécialistes en décidant d'abandonner le 400 m nage libre, distance sur laquelle il est champion d'Europe, pour privilégier le 100 m.

Déjà champion de France du 200 m, avec un record de la France à la clé (1:44.42), il a abaissé en finale de 56/100e son record personnel. Pas mal pour un nageur dont la préparation a été entièrement axée sur les JO et non pas sur ces Championnats.

Ses 48 sec 02 représentent le meilleur chrono français de l'année et la troisième meilleure performance mondiale. Il n'est pas encore en mesure de rivaliser avec les deux Australiens, James Magnussen (47.10) et James Roberts (47.63), mais son rythme de progression lui autorise bien des espoirs.

"C'était une finale vachement serrée encore une fois", a-t-il remarqué. "Je ne vais pas exploser de joie, car il y a encore beaucoup de travail à fournir pour être au niveau des Australiens."

"Ca fait un peu de peine", a-t-il déclaré à l'intention de Bernard. "C'est un camarade, je me suis entraîné à ses côtés toute l'année."

Agnel sera accompagné à Londres sur 100 m par Fabien Gilot, 2e en 48 sec 38. Le Marseillais, double tenant du titre sortant, a démontré à 27 ans qu'il était toujours là pour les sélections. Il lui restera à faire de même aux Jeux, lui qui s'est souvent raté dans les grands rendez-vous internationaux.

Vous aimerez aussi

Justice Les femmes qui ont tué le frère de Kim Jong-un «entraînées comme dans James Bond»
Election présidentielle Présidentielle au Mali : Ibrahim Boubacar Keïta réélu pour un mandat de cinq ans
Deux ans après un feu d'artifice a été tiré à Nice, sur la Promenade des Anglais
émotion Nice : deux ans après l'attentat, un feu d'artifice a été tiré sur la promenade des Anglais

Ailleurs sur le web

Derniers articles