Les otages français au Sahel seraient en vie

Le ministre à la Coopération, Henri de Raincourt, le 4 janvier 2012[FRED DUFOUR/AFP]

Les six otages français détenus au Sahel "sont en vie" mais "la période n'est pas très favorable à l'approfondissement des contacts avec les ravisseurs, "toujours indirects" et "pas continus", a déclaré dimanche le ministre à la Coopération, Henri de Raincourt.

"On ne peut pas dire que nous ayons des nouvelles d'une manière hebdomadaire ou très fréquente. Nous savons que nos compatriotes sont en vie", a affirmé le ministre, invité de l'émission Internationales (RFI, TV5Monde, Le Monde).

"Nous avons un centre de crise (au ministère) et des services spécialisés qui jour après jour essayent de tout faire pour ramener nos otages à la maison", a-t-il rappelé. "Les contacts sont toujours indirects et ne sont pas continus. On va discuter de manière indirecte avec telle ou telle katiba (camp de combattants islamistes) et puis après pour des raisons qui nous échappent, le contact est interrompu pendant une certaine période plus ou moins longue et puis il reprend", a raconté Henri de Raincourt.

"En ce moment, la période n'est pas très favorable à l'approfondissement de ces contacts", a-t-il ajouté sans autre précision.

"La France ne paie jamais de rançon", a aussi assuré le ministre en évoquant la politique officielle française à ce sujet. "Chacun sa version", a-t-il dit alors qu'il lui était fait valoir que le Mali n'avait pas eu ce discours à l'égard d'otages libérés dans le passé.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) détient au total treize Européens dans le Sahel, dont six Français. Deux, géologues, ont été enlevés le 24 novembre 2011 dans leur hôtel à Hombori (Mali). Les quatre autres, collaborateurs du groupe nucléaire public Areva et de son sous-traitant Satom, ont été capturés au Niger le 16 septembre 2010.

Vous aimerez aussi

Transport La RATP va tester les bus autonomes sur l'une de ses lignes
Des opposants au Brexit manifestent à Belfast, le 17 octobre 2018 en Irlande du Nord [Paul FAITH / AFP/Archives]
Politique Brexit : «lassitude» et «frustration» gagnent l'Irlande du Nord
Le président américain Donald Trump, le 20 octobre 2018 à Elko, dans le Nevada [Nicholas Kamm / AFP]
International Moscou avertit Trump qu'il est «dangereux» de sortir d'un traité nucléaire

Ailleurs sur le web

Derniers articles