Sarkozy et Bayrou lèvent le voile et la campagne se tend -RETOUR SUR LA CAMPAGNE 2007

Le candidat UDF François Bayrou présente à son tour officiellement son programme. Il entend être le président d'une République "apaisante" face à ceux qui "attisent" les tensions.[AFP/Archives]

Il y a cinq ans, la semaine du 2 avril, le candidat Nicolas Sarkozy dévoile son projet présidentiel, Ségolène Royal le traite de "menteur" et Bayrou prédit l'"électrochoc" de sa présence au second tour.

- 2 avril: Nicolas Sarkozy présente à la presse son projet présidentiel. Outre une défiscalisation des heures supplémentaires, il propose un service minimum en cas de grève, mais aussi "l'expérimentation" d'une forme de TVA sociale. Son projet d'un "ministère de l'immigration et de l'identité nationale" crée des remous jusque dans son camp.

- 3 avril: Le candidat UDF François Bayrou présente à son tour officiellement son programme. Il entend être le président d'une République "apaisante" face à ceux qui "attisent" les tensions.

. Ségolène Royal critique la TVA sociale proposée par Sarkozy, qui conduirait selon elle "à un alourdissement de l'impôt sur la consommation" et à une "diminution des salaires".

- 4 avril: Le ton de la campagne se durcit: Ségolène Royal, qui n'a guère apprécié que Sarkozy l'ait accusée de "soutenir les fraudeurs" des transports publics, le traite en retour de "menteur".

François Bayrou en profite pour se démarquer: "Vous avez la préfiguration, dans cet échange d'injures, de ce que serait la vie politique française si l'un des deux était élu".

- 5 avril: La plupart des candidats débattent sur la condition des femmes à Sciences-Po Paris. Dernier à intervenir, le candidat du FN, Jean-Marie Le Pen, se fait copieusement siffler par les étudiants.

. Nicolas Sarkozy doit annuler sa visite dans le quartier de la Croix rousse à Lyon, où 300 personnes hostiles à sa venue crient "Kärcher", et brandissent des pancartes "Vous n'êtes pas le bienvenu". Il reçoit dans la soirée le soutien appuyé de Bernadette Chirac venue à son meeting.

- 6 avril: Ségolène Royal peine à défendre sa proposition de créer un Contrat première chance pour les jeunes, aux contours flous et trop proche du très décrié Contrat première embauche (CPE) aux yeux de certains.

- 7 avril: Nicolas Sarkozy s'efforce d'apaiser la polémique après ses propos dans Philosophie Magazine sur un caractère inné de la pédophilie ou du suicide des jeunes.

. Olivier Besancenot, candidat de la LCR, se prononce à Ajaccio pour un "droit à l'autodétermination du peuple corse". Lui aussi en Corse, François Bayrou dit qu'il trouve Besancenot "intéressant", même s'il ne partage pas ses idées.

- 8 avril: "Ma présence au deuxième tour, plus qu'une victoire, sera un électrochoc", prédit François Bayrou. Optimiste contre vents et sondages, José Bové prédit une "surprise" en sa faveur, tandis que Gérard Schivardi, soutenu par le Parti des Travailleurs, annonce qu'il ne donnera pas de consigne de vote au second tour et votera blanc.

Vous aimerez aussi

Macédoine [Kun TIAN / AFP]
Macédoine : le Parlement vote le début du processus pour changer de nom
Vue aérienne de la "caravane" humaine de migrants honduriens, à la frontière entre le Guatemala et le Mexique, à Tecun Uman, au Guatemala, le 19 octobre 2018 [Carlos ALONZO / AFP]
Des milliers de migrants honduriens bloqués à la frontière Guatemala-Mexique
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama (Bahreïn) [MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP/Archives]
L'Arabie saoudite reconnaît que Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul

Ailleurs sur le web

Derniers articles