Affaire Karachi: la Colombie va vérifier les comptes d'un proche de Gaubert

Thierry Gaubert à son arrivée au tribunal de Nanterre (région parisienne), le 6 février 2012[AFP/Archives]

La Colombie va vérifier à la demande de la justice française, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Karachi, les comptes d'un proche de l'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy Thierry Gaubert, a-t-on appris lundi auprès du parquet colombien.

Cette demande concerne les avoirs et les biens en Colombie de Jean-Philippe Couzi, un ami personnel de M. Gaubert et de Nicolas Bazire, deux proches de l'ancien chef de l'Etat qui ont été mis en examen dans le cadre de cette enquête.

Le parquet colombien a reçu il y a quelques jours, à travers le ministère des Affaires étrangères, une commission rogatoire des autorités judiciaires françaises, "qui sollicite la vérification de certains aspects de la situation financière de M. Couzi", a indiqué à l'AFP une source du parquet.

Toutefois, "on ne peut pas encore dire qu'il y a une enquête officielle, ni même préliminaire. L'objectif est de fournir des précisions aux autorités" françaises, a ajouté cette source sous couvert de l'anonymat.

Epoux d'Astrid Betancourt, la soeur de l'ancien otage Ingrid Betancourt, M. Couzi possède notamment une luxueuse résidence dans la cordillère des Andes, dans la localité huppée de Nilo, à une centaine de kilomètres de Bogota.

Selon le quotidien colombien El Tiempo, la justice française aurait en outre demandé des éclaircissements sur les comptes de M. Gaubert, également propriétaire d'une villa dans cette même localité. Une information qui n'a pas été confirmée par le parquet colombien.

Les juges d'instruction parisiens Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire tentent de vérifier si des commissions versées en marge de contrats d'armement conclus en 1994 pourraient avoir, via des rétrocommissions, contribué au financement illégal de la campagne présidentielle de l'ex-Premier ministre Edouard Balladur en 1995, dont M. Sarkozy fut le porte-parole.

Vous aimerez aussi

Le PDG de l'alliance  Renault- Nissan-Mitsubishi Motors Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse à Detroit, aux États-Unis, le 11 janvier 2016 [GEOFF ROBINS / AFP/Archives]
Bolloré va assurer l'intérim de Ghosn chez Renault, craintes pour l'alliance avec Nissan
Le PDG de l'alliance  Renault- Nissan-Mitsubishi Motors Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse à Detroit, aux États-Unis, le 11 janvier 2016 [GEOFF ROBINS / AFP/Archives]
Renault-Nissan Bolloré va assurer l'intérim de Ghosn chez Renault, craintes pour l'alliance avec Nissan
Mouvement social Gilets jaunes : le sujet divise les maires de France

Ailleurs sur le web

Derniers articles