Richard Branson s'attaque au marché des lancements de satellites

Le milliardaire britannique Richard Branson présente une maquette de "LauncherOne" au salon de Farnborough, le 11 juillet 2012[AFP]

Le milliardaire britannique Richard Branson, qui se veut pionnier du tourisme spatial, a annoncé mercredi au salon de Farnborough (sud-ouest de Londres) qu'il voulait également lancer des petits satellites à prix très bas.

Lors de ce salon aéronautique, le fondateur du groupe Virgin a présenté son nouveau lanceur, "LauncherOne", qui sera tiré depuis le même vaisseau-mère que celui qui emportera la navette à bord de laquelle il propose d'emmener de richissimes touristes.

Les premiers vols commerciaux de cette navette, baptisée SpaceShipTwo (SST), sont prévus en 2016. M. Branson a annoncé qu'il avait déjà reçu des acomptes de réservation de 529 candidats astronautes, soit "plus que le total des gens qui ont été dans l'espace à ce jour". Le prix du billet a été fixé à 200.000 dollars.

La société Virgin Galactic du milliardaire proposera des lancements de satellites jusqu'à 225 kilos pour moins de 10 millions de dollars.

Richard Branson a déclaré avoir déjà reçu des acomptes de quatre sociétés intéressées par plusieurs dizaines de lancements, ce qui constituerait selon lui, après confirmation des commandes, le plus important carnet de commandes jamais reçu pour un nouveau lanceur.

"LauncherOne rend le prix d'un lancement abordable pour tous les innovateurs, des start-ups aux agences spatiales nationales en passant par les écoles", a-t-il affirmé.

La date du premier lancement de LauncherOne n'a pas été précisée.

La navette SST, dont une maquette était exposée à Farnborough, a été dévoilée pour la première fois en 2009.

Le voyage dans l’espace devrait être suborbital. Emporté au décollage par un vaisseau-mère, SST doit aller à 100 kilomètres d'altitude, soit la frontière technique avec l’espace, puis revenir sur terre le tout en deux heures.

Vous aimerez aussi

Tarn-et-Garonne Chute d'un arbre dans la cour d'une école : l'un des enfants blessés a dû être amputé
Le badge accordée par le député de Yvelines à Alexandre Benalla a été désactivé en juin 2015, au bout de 8 mois, d'après l'Assemblée nationale.
Polémique Benoît Hamon : «J'ai été enfumé» par Alexandre Benalla
Thaïlande Un couple risque la peine de mort pour avoir construit une maison sur l’océan

Ailleurs sur le web

Derniers articles