Les chats de race de plus en plus prisés par les Français

On estime que leur nombre grandit d’environ 5% chaque année dans l’Hexagone. [CC / William Welch / Flickr]

Ils sont environ 300 000 en France. C’est peu, au vu du nombre total des chats qui seraient 12 millions. Ces petits félins de race s’opposent à ceux dits «de gouttière», issus de divers croisements.

 

Les premiers peuvent se prévaloir d’une robe plus élégante que les seconds, de poils plus doux qu’on ne se lasse pas de caresser. C’est dans les dernières décennies qu’ont été élaborées ces races qu’affectionnent aujourd’hui les Français.

On estime que leur nombre grandit d’environ 5% chaque année dans l’Hexagone. Cette démocratisation pourrait faire baisser leur prix qui reste, cependant, encore élevé : il faut compter entre 600 et 1 000 euros pour un chaton de race.

 

> Le maine coon

maine-coon630.jpg

C’est le chat de race le plus grand. Elancé et imposant, il peut peser jusqu’à 10 kilos. Poil mi-long et museau carré, il est très sociable. Toujours à la recher­che de caresses, il sait se faire aimer de ses maîtres.

A tel point qu’il est devenu la race de chat préférée des Français, selon le Livre officiel des origines félines (Loof) qui établit chaque année un classement.

 

> Le bengal

bengal.jpg

Originaire des Etats-Unis, il a tout l’air d’un léopard ou d’un ocelot miniaturisé : robe courte tachetée, morphologie athlé­tique, agilité et curiosité. Importé en France depuis 1989, ce bon chasseur se montre vif et toujours désireux de jouer.

S’il vit en appartement, il est préférable pour son bien-être de prévoir un arbre d’intérieur sur lequel il puisse grimper.

 

> Le norvégien

norvegien.jpg

Cette race scandinave a commencé à apparaître dans les années 1930 mais n’a été officiellement reconnue qu’en 1972. Avec son épaisse et soyeuse fourrure de poils longs, il peut supporter sans mal la rudesse de l’hiver. Il arbore aussi une charmante queue en panache.

Mais c’est son absolue fidélité qui ravit les maîtres. A tel point que certains qui nouent avec lui une relation d’amitié, le surnomment le «chat-chien» et n’hésitent pas à en adopter plusieurs.

 

> Le ragdoll

ragdoll.jpg

C’est dans les années 1960 qu’il est apparu en Californie, issu d’un croisement réalisé par Ann Baker, une éleveuse de persans. Le ragdoll – «poupée de chiffon» en anglais – est d’une incroyable douceur.

Les Etats-Unis et l’Angleterre en sont fous et il est de plus en plus adoubé par les Français. Musclé, avec son visage triangulaire, sa robe contrastée et ses yeux d’un bleu délavé, il sait jouer de sa démarche impériale.

 

Vous aimerez aussi

Fait divers Vosges : les gendarmes sont à la recherche d'un «félin noir»
Insolite Une ville de Nouvelle-Zélande veut interdire les chats
Maltraitance animale Morbihan : des chiens attaquent un refuge et tuent trois chats

Ailleurs sur le web

Derniers articles