Le plastique est le fast-food des poissons, selon une étude

Les jeunes poissons veulent manger du plastique [MARCEL MOCHET / AFP]

Une étude menée par des scientifiques suédois révèle que les jeunes poissons de mer sont en train de prendre l'habitude de manger du plastique au détriment des planctons. Au point d'en devenir accro à la manière des adolescents avec la restauration rapide.  

Résultat : des espèces comme la perche ou le brochet déclinent dans la mer Baltique, tandis que les décès de poissons au stade juvénile augmentent, tout comme la pollution plastique maritime. A terme, cette évolution du régime alimentaire des poissons pourrait avoir «des effets profonds» sur les écosystèmes aquatiques, révèle l'étude. 

A lire aussi : Une bactérie capable de manger des bouteilles en plastique découverte 

Pour étayer cette théorie, l'équipe de chercheurs, dont les travaux ont été publiés dans la revue Science, ont exposé certaines jeunes perches à des eaux contenant une forte concentration de microplastiques et d'autres perches à une eau non polluée. En l'absence de la matière, 96 % des oeufs ont éclos avec succès. Un chiffre qui tombe à 81 % pour les oeufs exposés à de grandes quantités de microplastiques. 

Les poissons délaissent les planctons

Plus surprenant, le plastique a changé les préférences alimentaires des poissons. Même s'ils avaient accès à des planctons, les poissons exposés au plastique ont préféré manger de cette matière. «Ils se sont trompés en pensant que c'était une ressource riche en énergie, qu'ils devaient manger en grande quantité. Je pense que c'est aussi malsain que le fast-food pour les adolescents, ils se remplissent juste de nourriture», explique Oona Lonnstedt, auteur principale de l'étude, à la BBC.

Pire, les poisons nés dans des eaux contaminées étaient «plus petits, plus lents et plus stupides» et surtout largement plus vulnérables aux prédateurs. Raison pour laquelle les auteurs de cette étude appellent à l'interdiction des microbilles plastiques dans les cosmétiques. L'Union Européenne se penche sur la question alors que les Etats-Unis ont déjà adopté une loi bannissant leur usage et qui entrera en vigueur en 2017

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles