La comédienne Corinne Le Poulain est décédée

Corinne Le Poulain (à droite), au côté de Bernard Ménez, lors d'une représentation de "Monsieur Patate" en 2004. [JEAN AYISSI / AFP]

Corinne Le Poulain, figure du théâtre et de la télévision depuis plus de quarante ans avec des apparitions dans de nombreuses séries, est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 66 ans, a annoncé son entourage à l'AFP. C'est une grande figure du théâtre populaire qui s'en va.

 

Décédée des suites d'un cancer "foudroyant", Corinne Le Poulain était la nièce de Jean Le Poulain, qui fut administrateur de la Comédie-Française dans les années 1980. Elle avait aussi eu une fille avec Michel Duchaussoy, la comédienne Julia Duchaussoy, actuellement à l'affiche du "Tombeur" avec Michel Leeb au Théâtre des Nouveautés, à Paris. 

La comédienne, figure du théâtre de boulevard habituée aux seconds rôles, a fait ses débuts sur les planches en 1967 dans la pièce "Quarante carats" de Pierre Barillet et Jean-Pierre Gredy. Elle a aussi joué avec Louis de Funès dans "Oscar" dans les années 1970 et a été à l'affiche du "Dindon" de Georges Feydeau dans les années 1980 dans une mise en scène de Jean Meyer.

 

 

Elle était aussi populaire en raison de ses fréquentes apparitions à la télévision. On l'a notamment vue plusieurs fois dans "Au théâtre ce soir" mais aussi dans "Splendeurs et misères des courtisanes" (1975), mini-série française de Maurice Cazeneuve d'après Honoré de Balzac, et la série "Sam et Sally" (1978) aux côtés de Georges Descrières. 

Son visage était aussi connu des téléspectateurs de séries à succès, comme Navarro, Julie Lescaut ou Arsène Lupin. Elle a aussi joué un petit rôle récurrent dans "Plus belle la vie", celui de Solange Chaumette. 

 

L'hommage de Mocky

Jean-Pierre Mocky qui l'avait dirigée pour le cinéma en 1994 dans "Bonsoir" aux côtés de Michel Serrault et Claude Jade, a salué "une comédienne de grand talent qui n'a pas eu la chance d'être au premier plan mais qui a fait beaucoup de choses au théâtre et à la télévision".

"Corinne restera dans l'histoire du spectacle. Beaucoup de metteurs en scène ont fait appel à elle. Comme Sophie Daumier, Corinne Le Poulain "pétait le feu". Toutes les deux sortaient de l'ordinaire pour leur dynamisme et leur joie de vivre. Elles se distinguaient face à des jeunes premières endormies", a dit à l'AFP le cinéaste.

 

À suivre aussi

Théâtre Les pièces qui vont faire parler d'elles à la rentrée 2019
idées sorties Ghost, Mamma Mia, Funny Girl, New… les comédies musicales à voir cette saison à Paris
réouverture Le théâtre du Châtelet renoue avec ses décors d'origine après 300.000 heures de travail

Ailleurs sur le web

Derniers articles