Tout ce qu’il faut savoir sur la saison NBA : Southeast division

Dwyane Wade.[GARY DINEEN / AFP]

Quatre mois après le sacre des San Antonio Spurs, c’est une nouvelle saison NBA qui commence dès aujourd’hui. Qui sont les favoris ? Qui va faire quoi ? Qui sont les joueurs à suivre ? Directmatin.fr vous dit tout. Division par division. Focus sur la division "Southeast".

 

MIAMI HEAT

La vie sans LeBron James ne sera pas un long fleuve tranquille. Après quatre apparitions consécutives en finale NBA, le Heat de Miami entame un nouveau chapitre de son histoire. Dwyane Wade aura à cœur de prouver qu’il peut encore porter une équipe sur ses épaules malgré des soucis récurrents aux genoux ces deux dernières saisons. Chris Bosh vient de signer un contrat de 5 ans à 118 millions $ et assure qu’il peut élever son niveau de jeu de manière à maintenir le Heat au sommet de la conférence Est.

Arrivées notables

Luol Deng, Danny Granger, Josh McRoberts.

Départs notables

LeBron James, Ray Allen (agent libre), Shane Battier (retraite)

Les ambitions du club cette saison ?

Pat Riley, le président du club, n’a pas tardé à réagir après le départ inattendu de LeBron James en recrutant Luol Deng. L’ancien ailier de Chicago et de Cleveland est un excellent lot de consolation et devrait parfaitement trouver sa place au sein de l’effectif. Le recrutement de Josh McRoberts, excellent passeur, shooteur et rebondeur, ne doit pas être sous-estimé. Erik Spoelstra, le coach, est expérimenté et inventif, et devrait permettre à son équipe de rester compétitive.    

Les points forts

Chris Bosh et Dwyane Wade, quand ils sont en pleine possession de leurs moyens, sont redoutables tant sur le plan défensif qu’offensif. Chris Andersen, Norris Cole, Mario Chalmers, et Udonis Haslem connaissent les exigences du plus haut niveau. Luol Deng est un joueur capable de tout faire sur un terrain de basket et devrait se révéler très utile au sein de l’effectif du Heat.

Les points faibles

La santé physique de Dwyane Wade est une source d’inquiétude. Il souffre de problèmes chroniques aux genoux depuis plus de deux ans (une donnée qui n’a pas échappé à LeBron James). La réussite du Heat dépend pourtant d’eux (de ses genoux donc). Sans Wade au sommet de sa forme, le Heat est une équipe destinée à être éliminée au 1er tour de playoffs. Triste réalité.

Le facteur X

Chris Bosh salive à l’idée de devenir l’option numéro 1B (Wade étant 1A) et de démontrer l’étendue de son talent qui, dit-il à qui veut bien l’entendre, était bridé par nécessité pendant les années LeBron James. La voie est libre désormais.

Prévision

Au pire = Wade est limité par les blessures. La solidarité entre les joueurs se délitent au fil des défaites. Dans un coin sombre du Quicken Loans Arena à Cleveland, LeBron James se congratule d’avoir fait le bon choix en partant.

Au mieux = Chris Bosh et Dwyane Wade élèvent leur niveau de jeu, Luol Deng et McRoberts s’imposent comme des pièces maîtresses du collectif du Heat. Ils affrontent les Cavaliers en demi-finales de conférence Est où ils sont sortis au terme de 7 matchs passionnants.

 

 

ATLANTA HAWKS

Les instances dirigeantes du club traversent une crise majeure après la révélation de propos racistes tenus par au moins deux d’entre eux. Ce qui n’est pas un gage de sérénité. D’un point de vue purement sportif, le retour d’Al Horford dans l’effectif devrait faire beaucoup de bien et permettre aux Hawks de fonctionner enfin à plein régime. Le coaching de Mike Budenholzer (ancien assistant coach de Gregg Popovich à San Antonio) est redoutablement efficace et devrait permettre à l’équipe de se positionner pour les playoffs.

Arrivées notables

Thabo Sefolosha, Adreian Payne (draft)

Départs notables

Lou Williams

Les ambitions du club cette saison ?

Retourner en playoffs et passer éventuellement un tour. Et après ? Pas facile pour les Hawks d’espérer faire mieux qu’un second tour en playoffs pour le moment. Al Horford devrait apporter une autre dimension au jeu intérieur des Hawks, et Jeff Teague continue de progresser. Mais cette équipe semble difficilement capable de passer au niveau supérieur malgré cela.

Les points forts

Mike Budenholzer a été à la bonne école avec Gregg Popovich. Malgré l’absence d’Al Horford pendant la quasi-totalité de la saison l’an dernier, le coach des Hawks a réussi à jongler avec les joueurs pour en tirer le maximum, au point de faire douter les Pacers au premier tour des playoffs. Il sera intéressant de voir ce qu’il peut faire avec un effectif au complet.

Les points faibles

Le départ de Lou Williams les prive d’un apport offensif en sortie de banc. Un détail qui pourrait se révéler particulièrement coûteux si aucun des remplaçants ne parvient à combler son absence au niveau de la marque.

Le facteur X

Jeff Teague n’est pas le joueur le plus flashy de la NBA. Mais son talent ne fait aucun doute et il pourrait très bien passer un nouveau cap cette année. Impressionnant en playoffs face aux Pacers l’an dernier, les fans des Hawks espèrent le voir continuer sur sa lancée.

Prévision

Au pire = Al Horford, et/ou Paul Millsap, et/ou Jeff Teague, se blessent. Un seul de ces joueurs est absent sur une période un peu trop longue et Atlanta peut dire adieux à ses maigres ambitions.

Au mieux = Il passe un tour de playoffs, Jeff Teague franchit un cap, et Al Horford retrouve toutes ses sensations.

 

 

ORLANDO MAGIC

La période post-Dwight Howard continue à Orlando. Déjà riche en jeunes talents prometteurs, le club vient de recruter quelques vétérans qui pourraient se révéler forts utiles sur et en dehors du terrain. S’ils ne jouent pas le haut de tableau, le Magic devrait offrir du beau spectacle à leurs fans grâce aux qualités athlétiques de leurs jeunes pousses.

Arrivées notables

Channing Frye, Ben Gordon, Aaron Gordon (draft), Elfrid Payton (draft), Evan Fournier

Départs notables

Aaron Afflalo, Jameer Nelson

Les ambitions du club cette saison ?

Là aussi, il s’agit de développer les jeunes joueurs. Et cela passe aussi par le fait de les entourer de vétérans qui connaissent les ficelles du métier. Channing Frye et Ben Gordon sont de ceux-là et devraient considérablement aider leurs collègues moins expérimentés. Tous deux sont également deux joueurs très adroits à longue distance, un des points faibles du Magic l’an dernier. Mais toute personne qui espère les voir faire une percer jusqu’aux playoffs, et ce même si le niveau général de la conférence Est reste suspect, doit tempérer ses attentes.

Les points forts

La fougue de la jeunesse peut être un point fort. Si, si. Tobias Harris, Nikola Vucevic, Maurice Harkless, Elfrid Payton, Aaron Gordon, Victor Oladipo, constituent une base solide pour l’avenir du club. Les actions spectaculaires et les contre-attaques éclaires vont illuminer le cœur des fans. Même si la victoire ne sera pas souvent au rendez-vous.

Les points faibles

Jacque Vaughn est de plus en plus décrié par de nombreux experts NBA outre-Atlantique. Son système de jeu n’est pas clair et les joueurs semblent trop souvent livrés à eux-mêmes sur le terrain, ne sachant pas vraiment quoi faire une fois que la première option offensive a été annihilée par la défense adverse. Cette saison est probablement sa dernière chance de faire ses preuves.

Le facteur X

Channing Frye. Pièce maîtresse de la bonne saison des Suns l’an dernier, notamment grâce à son adresse à 3 points et sa science du placement défensif, le jeu du nouvel intérieur du Magic est complémentaire avec celui de Nikola Vucevic. Son unique présence pourrait offrir de nouvelles perspectives en attaque.

Prévision

Au pire = Ils enchaînent les défaites, Aaron Gordon et Elfrid Payton déçoivent par leur performance.

Au mieux = Quelques belles séries de victoires au cours de la saison laissent entrevoir l’avenir prometteur d’un groupe hyper-talentueux.

 

 

CHARLOTTE HORNETS

Hugo le frelon renaît de ses cendres ! Charlotte retrouve ses couleurs et son nom d’origine. Et ça, c’est déjà une victoire. Mieux encore, le club dirigé par Michael Jordan a parfaitement négocié son intersaison avec le recrutement de Lance Stephenson. Charlotte continue sa progression doucement mais sûrement sous la houlette de leur excellent coach, Steve Clifford, lui aussi un ancien disciple de Gregg Popovich aux Spurs.

Arrivées notables

Lance Stephenson, Marvin Williams, Noah Vonleh (draft)

Départs notables

Josh McRoberts

Les ambitions du club cette saison ?

Ils veulent retourner en playoffs. Et voir jusqu’où ils peuvent aller. Avec Lance Stephenson, les Hornets disposent d’un joueur explosif tant en défense qu’en attaque capable du meilleur… comme du pire. Al Jefferson est clairement un des tous meilleurs intérieurs de la ligue dos au panier. Kemba Walker et Michael Kidd-Gilchrist sont aujourd’hui des titulaires indiscutables.

Les points forts

Steve Clifford est un de ces coaches qui parvient à masquer les faiblesses individuelles de ses joueurs grâce à un système d’une efficacité redoutable où la responsabilité individuelle est atténuée par celle du collectif. Moqué pour ses limitations défensives avant son arrivée à Charlotte, Al Jefferson s’est révélé tout à fait capable l’an dernier grâce au génie stratégique de Clifford.

Les points faibles

L’adresse à 3 points sera un problème. Ni Kemba Walker, ni Lance Stephenson, et certainement pas Kidd-Gilchrist, ne sont des gâchettes infaillibles derrière la ligne des 3 points. Gary Neal, Jannero Pargo, et même Gerald Henderson peuvent offrir leur savoir-faire en la matière. Mais leurs limitations dans d’autres secteurs de jeu, notamment en défense pour les deux premiers, limitent leur usage. Surtout en playoffs.

Le facteur X

Lance Stephenson, qui d’autre ? Capable de planter un triple-double chaque soir, défenseur sous-estimé, adroit aux tirs, intenables en pénétration, les Hornets vont adorer, et parfois détester, jouer avec celui qu’on surnomme «Born Ready».

Prévision

Au pire = Lance Stephenson n’est pas accepté par le groupe. La mauvaise ambiance gâche le collectif et les Hornets ratent les playoffs.

Au mieux = La greffe Lance Stephenson est une réussite et les Hornets deviennent l’adversaire cauchemar du 1er tour des playoffs.

 

 

WASHINGTON WIZARDS

Il ne va pas être facile de se débarrasser des Wizards cette saison. Après une apparition en playoffs l’an dernier, et une défaite 4-2 dans leur série face aux Pacers au second tour, Washington en veut toujours plus. Le recrutement de l’intersaison a été riche et à la mesure de ses nouvelles ambitions.

Arrivées notables

Paul Pierce, Kris Humphries, Dejuan Blair

Départs notables

Trevor Ariza

Les ambitions du club cette saison ?

Et pourquoi pas la finale de conférence Est ? Le cinq majeur est solide, très solide même, avec Paul Pierce, Bradley Beal, John Wall, Marcin Gortat et Nene. Le banc est profond et offre de nombreuses options à Randy Wittman, le coach. L’expérience de l’an dernier devrait se révéler fort à propos en playoffs.

Les points forts

Le cinq majeur est vraiment séduisant. John Wall est un bolide, Bradley Beal est un sniper derrière la ligne des 3 points, Paul Pierce sait être décisif dans les moments importants, Nene est un passeur de génie au poste bas et une bête féroce sous le panier, et Marcin Gortat est un bûcheron polonais avec des mains de velours.

Les points faibles

Les blessures sont un sujet sensible à Washington. Nene est régulièrement à l’infirmerie, Bradley Beal va manquer le début de saison après une opération du poignet, John Wall a eu son lot de blessures par le passé, et Paul Pierce vient d’avoir 37 ans.

Le facteur X

Andre Miller. Génial meneur de jeu dont le talent n’a jamais été apprécié à sa juste mesure, il est le chef d’orchestre venu du banc. Maître de la passe décisive doté d’un jeu dos au panier d’une redoutable efficacité, il a toujours un temps d’avance sur l’action qui se déroule devant les yeux de ses adversaires.

Prévision

Au pire = Les blessures s’accumulent et privent les Wizards d’un bon placement dans le tableau des playoffs. Ils sont éliminés au 1er tour.

Au mieux = Un collectif se forge tout au long de la saison, les joueurs arrivent en forme en playoffs et ils parviennent à se hisser en finale de conférence grâce à un tir de Paul Pierce face à LeBron James dans les dernières minutes du Game 7 entre les Wizards et les Cavaliers.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles