NBA : Les 5 destinations possibles pour Russell Westbrook

Russell Westbrook risque de quitter le Thunder à son tour. [EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Kevin Durant parti sous le soleil de Californie, Russell Westbrook doit se sentir bien seul désormais dans le vaste état d’Oklahoma. Doit-il rester ou partir ? Explorons les options qui s’offrent à lui.

Pointé du doigt comme une des raisons pour lesquelles Kevin Durant a décidé de rejoindre le collectif bien huilé des Golden State Warriors (voir le formidable article d’Howard Beck sur le site Bleacher Report), Russell Westbrook n’a probablement plus aucune chance de remporter le titre au sein de la franchise d’Oklahoma City. Ce qui pourrait ne pas être un problème à en croire Royce Young, journaliste en charge de couvrir l’actualité du Thunder pour le site ESPN. «Selon une source interne à l’équipe, cela ne fera que renforcer la volonté de Russell Westbrook de rester» affirme-t-il.

A lire aussi : La décision de Kevin Durant comparée au dernier épisode de Game of Thrones

Mais cette affirmation a déjà été maintes fois réfutée par d’autres commentateurs, comme David Aldridge, qui explique qu’il n’y a quasiment aucune chance de voir Russell Westbrook signe une prolongation de contrat avec le Thunder avant de devenir un agent libre l’an prochain.

Et ça, c’est un gros problème pour Sam Presti, le général manager d’OKC. Ce dernier a déjà été contraint de voir partir son joueur le plus précieux chez la concurrence sans rien récupérer en retour. Aucune chance qu’il fasse de même avec Russell Westbrook.  

Selon le site RealGM, l’arrière du Thunder n’a de toute façon pas l’intention de rester à Oklahoma City après la fin de son contrat en 2017. Avec ou sans Kevin Durant. Donc, il faut se préparer à le voir prendre un nouveau départ ailleurs (à noter que, pour que ça marche, il doit impérativement accepter de re-signer avec le club où il est échangé. Sans quoi, le risque est énorme de le voir partir l'été prochain). Mais où ? Telle est la question à laquelle nous allons essayer de répondre en faisant chauffer la machine à transferts d’ESPN.

Les destinations possibles mais peu probables

Los Angeles Lakers

Russell Westbrook rentre à la maison. Originaire de la cité des Anges, l’arrière ultra-bondissant aurait l’opportunité de porter le maillot de l’équipe dont il était fan étant enfant. Quelle belle histoire ! Il apporterait également un peu de joie à une franchise moribonde depuis (au moins) quatre ans, avec ses dunks surpuissants, sa capacité à prendre des rebonds comme s’il était un ailier-fort, et ses contre-attaques dévastatrices. Un deal est-il possible ?

Absolument. Et dans notre exemple, on ajoute Steven Adams en bonus (ce qui ferait de Mozgov le pivot remplaçant le plus cher de l’histoire de la ligue… à moins de l’échanger en cours de saison). Comme ça, Russell se sent moins seul et peut continuer de s’amuser avec un coéquipier avec lequel il a construit une belle entente ces deux dernières saisons.

Certes les Lakers perdent tous leurs jeunes joueurs. Mais un cinq majeur avec Westbrook, Luol Deng et Steven Adams a les moyens de faire vibrer un peu plus les fans de Los Angeles que D’Angelo Russell, Brandon Ingram et Julius Randle. Non ?

Probabilité que cela arrive : 10%

Sacramento Kings

Russell Westbrook ne rentre pas à la maison, mais il s’en approche. Sacramento, qui a décidé de ne pas poursuivre son aventure avec Rajon Rondo (parti aux Bulls), manque d’un meneur de jeu de talent. Ça tombe bien. En échange, la franchise californienne se débarasse (enfin !) de DeMarcus Cousins qui est le joueur qui a probablement le plus besoin d’un nouveau départ dans sa carrière. Si ce n’est dans sa vie.

Laisser partir Westbrook n’est pas chose aisée pour le Thunder, alors si on ajoute Steven Adams, c’est carrément le cauchemar (et le Thunder a déjà du mal à dormir après le départ de Durant). Mais l’arrivée de Cousins rend la présence du pivot néo-zélandais superflue. Les Kings envoient en bonus Omri Casspi, un ailier avec un joli shoot derrière la ligne des trois points à l’instar de celui qui vient de quitter le club (mais la comparaison s’arrête là).

Seul problème : Aucune chance que Westbrook accepte de re-signer en 2017 dans la franchise qui détient le titre peu enviable d’équipe la plus dysfonctionnelle de la NBA depuis au moins cinq ans.

Probabilité que cela arrive : 1%

Minnesota Timberwolves

Dommage que Minnesota se trouve dans le nord du pays avec des températures polaires la moitié de l’année. Russell Westbrook serait pourtant bien au chaud aux côtés des jeunes stars que sont Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins. Ajoutez à cela le coaching sans concession de Tom Thibodeau qui pourrait transformer le meneur en une arme redoutable en défense s’il parvient à libérer tout son potentiel (et il est connu pour ça), et dans deux ans, cette équipe pourrait donner des sueurs froides aux Warriors. Enfin, on peut toujours rêver.

Les Wolves se débrassent de Ricky Rubio et de Zach Lavine (qu’ils aiment beaucoup). OKC devrait probablement exiger quelques picks de draft en supplément pour réussir à avaler la pilule. Mais cet échange a de quoi faire saliver les fans de Minnesota. Mais là encore, de nombreux experts doutent que Westbrook accepte de signer un contrat avec les Wolves en 2017. Ce qui tue le deal dans l’œuf.

Probabilité que cela arrive : 15%

A lire aussi : Les 8 évènements qui ont convaincu Kevin Durant de signer avec les Warriors

San Antonio Spurs

Ok, il y a un peu de provocation là-dedans. Mais la NBA est un business, souvenez-vous. Si Russell Westbrook arrive à San Antonio, ce sera forcément à la place de Tony Parker. Le meneur de jeu français est en fin de carrière, régulièrement blessé, et n'est plus vraiment le même joueur depuis le titre des texans en 2014. Et ce même s’il prétend avoir encore quelques belles années devant lui. Or, son explosivité en attaque est indispensable aux Spurs.

Et plus que jamais auparavant maintenant que les Warriors viennent de construire leur propre version de l’Etoile de la mort et menacent de pulvériser le reste de la ligue la saison prochain (note : ce sera plus difficile que tout le monde le pense). Besoin d’explosivité au poste de meneur de jeu ? Russell Westbrook est le parfait candidat pour cela. 

Son association avec Gregg Popovich serait explosive. Dans le bon et le mauvais sens du terme. Mais cela nous donnerait une autre histoire croustillante à nous mettre sous la dent au milieu des sempiternelles récits des aventures des Warriors qui nous attendent la saison prochaine (vous savez que ce sera le cas… TOUS LES JOURS). Ceci étant dit, qui peut dire qu'un cinq majeur avec Pau Gasol, Aldridge, Leonard, Green et Westbrook n’est pas séduisant ? Voir alléchant ? Voir carrément excitant ? Cela donnerait une belle saveur à un duel Spurs/Warriors. Je dis ça…

Par contre, le Thunder risque de ne pas aimer le fait de récupérer un joueur en fin de carrière. Et Patty Mills. Donc tout le monde se calme, ce transfert n’a pratiquement aucune chance de se produire.

Probabilité que cela arrive : 0,2%

La destination rêvée 

Boston Celtics

Ah. En voilà une équipe qui pourrait avoir tout à gagner en accueillant Russell Westbrook. Le joueur aurait, lui aussi, raison de contempler sérieusement cette destination et de la considérer comme une belle opportunité de rester compétitif. Au moins au sein de la conférence Est. Les Celtics possèdent de nombreux picks de draft – notamment celui des Nets en 2017 – et des jeunes joueurs talentueux.

Boston reçoit Westbrook, et parvient à convaincre Isaiah Thomas de devenir un 6e homme de luxe (à la Ginobili). OKC récupère un intérieur défensif avec une seule année de contrat, un jeune ailier prometteur qui ne bénéficie pas du temps de jeu nécessaire aux Celtics (James Young) pour se développer et qui pourrait faire du travail merveilleux pratiqué dans la pépinière du Thunder. Ainsi que Marcus Smart, ancienne gloire de l’université d’Oklahoma (de quoi remonter le moral des fans... un peu) dont le style de jeu est proche de celui de Westbrook. Qui dit non ? Moi je dis oui. Boston ferait alors figure d’outsider et pourrait nous offrir une série ultra-disputée face aux Cavaliers en playoffs.

Probabilité que cela arrive : 75%

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles