L'ex-secrétaire du couple Pitt-Jolie déboutée en appel

Angelina Jolie et Brad Pitt le 28 mai 2014 à Hollywood [Robyn Beck / AFP/Archives] Angelina Jolie et Brad Pitt le 28 mai 2014 à Hollywood [Robyn Beck / AFP/Archives]

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a confirmé jeudi un jugement des prud'hommes qui avait débouté de sa plainte pour licenciement abusif l'ex-secrétaire secrétaire du domaine varois "Miraval" propriété du couple d'acteurs américains Brad Pitt et Angelina Jolie, a-t-on appris de sources concordantes.

 

Dans son arrêt, la cour confirme "l'exacte appréciation des faits dans la cause et dans le droit" par le conseil de prud'hommes de Draguignan (Var) qui avait jugé l'affaire en première instance en 2012.

Ana Luisa Charlotiaux, employée comme secrétaire bilingue à temps partiel par la SA Château Miraval à Correns (Var), avait été licenciée en février 2010 au motif que ses absences désorganisaient le fonctionnement de l'entreprise.

Son avocat, Me Emmanuel Ludot a aussitôt fait part de son intention de se pourvoir en cassation, si sa cliente le souhaite.

Selon l'avocat "on a désorganisé l'activité du domaine au prétexte de l'absence" de la secrétaire et "tous les salariés ont été licenciés" ensuite. "Ma cliente a été la première à en faire les frais", a-t-il dit à l'AFP.

Me Béranger Boudignon, l'avocat du domaine, s'est réjoui de la décision de la cour qui a estimé "pertinentes" les explications de la société.

Mme Charlotiaux avait été recrutée en 2008 par l'ancien propriétaire américain du domaine pour s'occuper des relances téléphoniques des clients et du classement du courrier.

La cour l'a condamnée à verser 800 euros au couple Pitt-Jolie.

Brad Pitt, 50 ans, et Angelina Jolie, 39 ans, ont acheté en juin 2008 à Correns, dans le Haut-Var, une bâtisse du XVIIe siècle entourée de 400 hectares de forêts et de vignobles.

Le couple d'acteurs mythique s'y est marié samedi dans une petite chapelle du château cours d'une cérémonie privée à laquelle assistaient les amis et la famille, notamment leurs six enfants.

À suivre aussi

Le président Emmanuel Macron à Paris, le 12 novembre 2019 [ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives]
Politique Macron dans la Marne en inspecteur des réformes
L'association des médecins urgentistes de France (Amuf) a décidé jeudi de rejoindre la grève aux urgences.
Social Urgences : l'association des médecins urgentistes de France (Amuf) rejoint la grève
Logement Locataires en difficulté, propriétaires coincés, expulsions exceptionnelles... Tout ce qu'il faut savoir sur la trêve hivernale

Ailleurs sur le web

Derniers articles