Paris, un véritable écrin pour le cinéma

Le film "Colt 45" de Fabrice Du Welz, avec Gérard Lanvin et JoeyStarr, a en partie été tourné au Val-de-Grâce. Le film "Colt 45" de Fabrice Du Welz, avec Gérard Lanvin et JoeyStarr, a en partie été tourné au Val-de-Grâce. [DICOD
]

"Edge of Tomorrow", "Colt 45", "Bande de filles"... Des films très différents avec un point commun : ils ont tous été tournés en partie à Paris.

 

La capitale est en effet un décor prisé des réalisateurs, qui sont invités mardi et mercredi au Salon des lieux de tournage, au Carreau du Temple (3e), afin de trouver le décor idéal. L’an dernier, la Ville lumière a accueilli 930 tournages de tous types, selon la mairie de Paris.

Parmi eux, plus de 106 étaient des films de cinéma, dont "Spy", une comédie d’espionnage américaine de Paul Feig, avec Jason Statham et Jude Law (sortie prévue en juin), "Belles familles" de Jean-Paul Rappeneau, avec Mathieu Amalric ou encore "Rien ne sert de courir", de Maïwenn. Près de 120 autres tournages étaient pour des séries ou des téléfilms et 148 étaient des courts-métrages. Le reste se partage essentiellement entre les documentaires et les spots publicitaires.
 
 
Une station de métro dédiée à la Porte des Lilas
 
Parmi les lieux préférés des réalisateurs, on trouve notamment les quais de Seine, le pont Alexandre-III, l’hôpital militaire du Val-de-Grâce ou encore le métro. La RATP dispose même d’une station factice entièrement consacrée aux tournages de films – une cinquantaine par an –, à la Porte des Lilas, afin de ne pas perturber son trafic.
 
Le jardin des Tuileries et le musée du Louvre sont également très appréciés, notamment par les productions étrangères. "Nous recevons beaucoup de sociétés japonaises, mais aussi américaines et chinoises, qui souhaitent filmer la pyramide pour montrer que la scène se déroule à Paris", souligne Joëlle Cinq-Fraix, chargée de mission du prestigieux musée.
 
 
Près de 10.000 euros par jour pour tourner au Louvre
 
Un cadre pour lequel certaines production sont prêtes à payer cher. Elles doivent en effet débourser 400 euros par jour pour tourner dans un jardin, un cimetière ou dans les égouts de la capitale, environ 1 000 euros la journée pour un hôtel particulier privé ou certaines salles de l'Hôtel de Ville (des lieux recherchés pour leur ressemblance avec des lieux de pouvoir comme l'Elysée ou Matignon) ou plus de 5 000 euros pour poser leurs caméras sous l'Arc de Triomphe. Les prix peuvent même grimper jusqu'à près de 10 000 euros la nuit au Louvre (hors des horaires d'accueil au public).
 
Une popularité qui offre également à la capitale de très intéressantes retombées économiques, puisque chaque euro dépensé par une production en génère le double dans l’activité parisienne (hôtellerie, restauration, emplois…). La Commission du film d’Ile-de-France estime d’ailleurs qu’environ 130 000 emplois d’intermittents sont créés chaque année grâce aux tournages parisiens.
 
 
La bande annonce du film américain "Spy" (2015), tourné en partie à Paris :

 

La bande annonce de "Bande de filles" (2014), tourné notamment dans le métro et à La Défense :

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles