Colin Firth : "Je me suis tellement amusé !"

Colin Firth dans "Kingsman : Services secrets" de Matthew Vaughn. Colin Firth dans "Kingsman : Services secrets" de Matthew Vaughn. [©Jaap Buitendijk]

Son nom est Firth. Colin Firth. Dans "Kingsman : Services secrets", nouveau film de Matthew Vaughn ("Kick-Ass", "X-Men : Le commencement"), l’acteur, parangon de la british attitude, écorne son image d’éternel romantique dans un rôle d’espion aussi distingué que redoutable. Fan des films d’espionnage lorsqu’il était enfant, l’interprète du "Discours d’un roi" a pris beaucoup de plaisir à jouer avec le genre.

 

Cela a dû être amusant de jouer au super-espion?

Enfant, j’aimais beaucoup les films d’espionnage. Les années 1960-1970 en étaient truffées. C’était intrigant pour moi de jouer avec ce matériau. Si on aborde le genre avec entrain, qu’on en fait une satire sans se prendre au sérieux, cela permet une grande liberté artistique. Prendre le genre sous cet angle-là a permis à Matthew Vaughn d’aller dans l’excès le plus total. Il aime jouer avec les références, subvertir les genres. Il l’avait fait avec "Kick-Ass" pour le film de super-héros, avec "Stardust, le mystère de l’étoile" pour le fantastique et avec "Layer Cake" pour le film de gangsters. 

 

Le film est bourré de références. 

On fait des références aux films de "James Bond" évidemment mais aussi à "Avengers", la série américaine "Des agents très spéciaux", "Austin Powers" et un peu de "Batman"… Mais le vieux "Batman", avec son côté cartoon avec les bulles et les onomatopées Pow et Kaboom.

 

Comment vous êtes-vous entendu avec le jeune Taron Egerton ? Lui avez-vous donné des conseils ?

Donner des conseils à un autre acteur implique une donnée particulière : la confiance. Comme avec un ami. Des échanges amicaux sont beaucoup plus précieux que des conseils imposés par une personne plus âgée. Et c’est plutôt de cette façon que Taron et moi nous sommes soutenus. Il y avait le sentiment d’être en sécurité auprès de l’autre. J’ai besoin de ça autant que n’importe qui, peu importe si la personne est plus jeune ou plus âgée… Michael Caine s’est comporté de la même façon avec moi. L’essentiel est d’être abordable et de traiter les gens avec respect. Et finalement peu importe combien d’années d’expérience vous avez derrière vous.

 

Vous sortiez du tournage de "Magic in the Moonlight" quand vous avez commencé "Kingsman...".

Une ou deux heures avant d’arriver sur le plateau, je m’entraînais pour "Kingsman...". Les deux films s’imbriquaient dans mon esprit. J’ai suivi une préparation physique tous les jours pendant six mois. Sans ça, je n’aurais jamais été capable de tenir le rôle. Ce qu’on voit à l’écran est presque entièrement mon propre travail.

 

L’action au cinéma, une expérience à renouveler?

Je n’aime pas particulièrement l’idée de la préparation physique mais je me suis tellement amusé sur ce film ! Il faudrait néanmoins que le projet ne se cantonne pas seulement à l’intérêt pécuniaire mais qu’il soit véritablement excitant, intéressant. Que ce ne soit pas seulement un banal film d’action. Je suis très chanceux que ma première expérience dans le genre ne l’est pas été. Ce film est vraiment insolite, plein de surprise, extravagant…

 

Après l’Oscar du meilleur acteur pour "Le Discours d’un roi" il y a quatre ans, les choses vous semblent-elles plus faciles ou plus compliquées ?  

Une combinaison des deux. C’est dur pour moi de dresser l’inventaire de ce qui a pu changer. Je suis sûr que cela doit faire une différence. Une des premières choses que j’ai remarquée en tout cas, c’est que je passe davantage de temps au téléphone. Matthew Vaughn voulait que je joue le rôle et peut-être que sans cette distinction il aurait eu plus de mal à convaincre le studio. Peut-être que le scintillement des récompenses aide à convaincre les financiers. Mais je ne sais pas comment répondre à cette question. C’est une chose sur laquelle je devrais méditer pour mes mémoires.   

 

"Bridget Jones 3" serait en préparation. Avez-vous été approché?

Oui, je l’ai lu aussi. Peut-être est-ce vrai ; je ne sais pas.

"Kingsman : Services secrets", de Matthew Vaughn, avec Colin Firth, Taron Egerton et Samuel L. Jackson. En salles.

 

La bande-annonce de « Kingsman : Services secrets :

 

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles