Zoé Adjani : "Jouer est un désir inné"

Zoé Adjani joue pour la première fois au cinéma dans le film "Cerise" de Jérôme Enrico. Zoé Adjani joue pour la première fois au cinéma dans le film "Cerise" de Jérôme Enrico.[©GAUMONT]

Désormais, le cinéma va devoir compter sur elle. Zoé Adjani, 16 ans, est la tête d’affiche du nouveau film de Jérôme Enrico. Après le troisième âge avec "Paulette", succès de 2013 avec plus d’un million d’entrées, le réalisateur se penche sur l’adolescence à travers le parcours de Cerise, une jeune fille qui, du jour au lendemain, part vivre avec son père en Ukraine. Un coup d’essai, coup de maître pour celle qui appréciait déjà le talent du réalisateur avant d’entamer le tournage. 

 

"Cerise" est votre premier casting ? 

C’était très impressionnant. Mais on a tout de suite eu un bon feeling avec Jérôme Enrico. Son film "Paulette" m’avait beaucoup plu. J’aime son humour et la légèreté avec laquelle il aborde des sujets difficiles.

 

Avez-vous été intimidée par le dispositif de tournage ?

Toute ma famille travaille dans le cinéma. Mon beau-père est cameraman, ma mère était directrice de production, ma tante est actrice… Je suis souvent allée sur des plateaux de tournage. Je n’ai pas eu de mal à m’acclimater.

 

Que retenez-vous de celui-ci ?

On parlait quatre langues différentes. Ca n’a pas été évident. Mais  finalement, le fait de ne pas parler la même langue nous a permis de créer une complicité.

 

Avez-vous collaboré à l’élaboration du look de votre personnage ?

Avec la chef costumière,  on a passé de longues heures à trier des vêtements. Ca m’a permis de rentrer dans le personnage et de me sentir bien. Endosser le costume du personnage permet de s’oublier, de se mettre de côté.

 

Comment vous sentez-vous à quelques jours de la sortie du film ?

Stressée. Mon rêve d’enfant est en train de s’accomplir et je m’interroge sur ce que ça va donner. Est-ce que je vais pouvoir continuer ou cela va-t-il s’arrêter là ?

 

D’où vous vient votre envie d’être actrice? 

Je veux faire du théâtre depuis que j’ai six ans. J’ai commencé dans une petite école à Paris. Au collège, j’ai monté une pièce de théâtre avec ma prof de français. Et aujourd’hui je suis dans un lycée dans lequel je fais du théâtre. Je pense que jouer est un désir inné. Je ne pense pas que ce soit par rapport à ma tante, ou alors très inconsciemment.

 

Pour vous, jouer tient davantage au travail ou à l’instinct ?

L’instinct. Je ne suis pas très loin de cet âge-là, de cette crise d’ado. Bien sûr pour élaborer la personnalité de Cerise, ça a été du travail. Mais pour faire cette nonchalance, ça a été très instinctif.

 

Quelle cinéphile êtes-vous ?

J’aime le cinéma d’auteur, qui fait réfléchir. J’aime quand on ressort de la salle et qu’on se dit qu’on a pris une claque.  

 

Pensez-vous qu’il sera difficile de se faire un prénom ?

Avec l’actrice qu’est ma tante, ce sera compliqué de m’affirmer dans ce milieu. Mais on verra bien. Je prends les choses comme elles viennent.

 

Léa Seydoux ou Marion Cotillard sont-elles des modèles pour vous ? 

Leurs carrières font rêver évidemment mais je vais d’abord essayer de me créer la mienne. Il ne faut pas s’évader dans des folies… Un de mes plus grands rêves s’est réalisé avec "Cerise", pour l’instant je ne préfère pas me projeter dans l’avenir. 

"Cerise", de Jérôme Enrico, avec Zoé Adjani et Jonathan Zaccaï.

 

La bande-annonce du film "Cerise" :

Vous aimerez aussi

Guillaume Canet a dévoilé les premières images de la suite de son film culte «Les Petits Mouchoirs».
Cinéma «Nous finirons ensemble» : les premières images de la suite des «Petits Mouchoirs»
Cinéma Kaamelott, le film : la date de sortie dévoilée
Léa Drucker, César de la meilleure actrice pour son rôle dans le fim de Xavier Legrand "Jusqu'à la garde", à Paris, le 22 février 2019 [Bertrand GUAY / AFP]
Cinéma César 2019 : Léa Drucker sacrée meilleure actrice pour son rôle dans «Jusqu'à la garde»

Ailleurs sur le web

Derniers articles