Intermarché ne fera plus de «promotion à -70 %» après les émeutes du Nutella

Le 25 janvier, la vente de pots de Nutella de 950g vendu à 1,41 euro au lieu de 4,70 euros, avait provoqué des violences[AFP - Image d'illustration]

Le patron d'Intermarché, Thierry Cotillard, a annoncé que ses magasins ne mèneront plus d'opération promotionnelle à -70%, dans une interview accordée au Journal du Dimanche (JDD).

«Les promotions à - 70 %, nous sommes maintenant dans l'obligation de les arrêter», a-t-il affirmé. Thierry Cotillard va ainsi dans le sens du projet de loi visant, notamment, à limiter de telles ristournes, présenté mercredi en Conseil des ministres après les Etats généraux de l'alimentation. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait demandé à Intermarché de ne plus appliquer de tels rabais. 

Cela fait suite aux incidents survenus dans plusieurs grandes surfaces après le lancement de promotions à -70 % sur des pots de pâte à tartiner de la marque Nutella. Le 25 janvier dernier, la vente de pots de Nutella de 950g vendu à 1,41 euro au lieu de 4,70 euros d’ordinaire, avait provoqué de véritables violences dans certains magasins de l'enseigne. Une opération de rabais sur des couches, la semaine passée, avait également provoqué des scènes d'empoignade.

Dans l'entretien donné au JDD, Thierry Cotillard a présenté ses excuses pour les débordements survenus : «Nous en profitons pour présenter à nouveau nos excuses à nos équipes malmenées.»

Attente des consommateurs liée au pouvoir d'achat

Mais l'homme ne veut pas que son enseigne endosse toute la responsabilité. «Ces excès, et l'image qu'ils nous renvoient de notre société, doivent être lus comme révélateurs d'une vraie attente des consommateurs en termes de pouvoir d'achat», a-t-il ajouté. «Nous ne serions être tenus pour responsables de ce qui est un symptôme», a-t-il dit. «Nous n'avions pas imaginé une telle effervescence». 

Par ailleurs, le dirigeant a rappelé que l'opération de promotion sur le Nutella «n'a pas été réalisée sans partenariat avec le groupe Ferrero» tout en reconnaissant que c'est Intermarché qui a fixé le prix de vente.

Enfin, le patron du groupe de distribution s'est prononcé sur le projet d'encadrement des promotions en grande surface. «La compétitivité prix reste un impératif. Nous demandons que le plafonnement des promotions soit limité aux produits alimentaires ayant un lien direct avec l'agriculture», a ajouté Thierry Cotillard.

Le projet de loi sur l'alimentation, présenté mercredi, est censé mettre fin à la guerre des prix entre distributeurs, et redonner un peu d'air aux agriculteurs. Il prévoit un «encadrement» des promotions et de relever le seuil de revente à perte (SRP) de 10 %, c'est-à-dire que les produits devront être vendus au moins 10 % au-dessus de leur prix d'achat.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles