Comment investir ses indemnités de licenciement grâce aux SCPI ?

Publi-rédactionnel, en partenariat avec logo_scpi.png

Les carrières professionnelles sont de moins en moins linéaires et le chômage touche toujours autant notre pays. Aussi, lorsque l’on exerce en tant que salarié dans le secteur privé, il arrive malheureusement qu’au regard de conséquences de la crise économique ou de restructurations, l’on soit licencié. Toutefois, être touché par un plan social n’est pas une fatalité puisque les salariés demeurent protégés et quittent leurs fonctions avec des indemnités de licenciement.

Comment les placer afin de percevoir des revenus complémentaires durant sa recherche d’emploi et après ? Investir son épargne en SCPI semble être la façon la plus intelligente de sécuriser son avenir.

La peur du chômage constitue l’une des plus importantes craintes des Français. Les rigidités de notre marché du travail ont conduit à un chômage dit de masse que plus de 40 ans de traitement social n’ont jamais permis de résorber. Comme la France n’a pas adopté le même modèle économique que les États-Unis, la situation est plus délicate ici, comme le montre le différentiel de taux de chômage entre les deux pays. Certes, les personnes licenciées perçoivent des indemnités plus ou moins importantes en fonction de l’emploi occupé et de la rémunération perçue. Toutefois, les mois passent vite et il est parfois tentant de puiser dans ces dernières pour continuer de maintenir son niveau de vie.

Il s’agit bien évidemment de la solution la moins judicieuse puisque les réserves financières finissent par fondre et disparaître totalement si l’on n’y prend pas garde. En outre, plus on avance en âge, plus il est difficile de retrouver un emploi et l’on bascule dans la catégorie dite des chômeurs de longue durée. Cette extrémité n’est souhaitable pour personne mais elle n’est -  hélas - pas exempte d’exemples que vous connaissez peut-être parmi vos proches. Il faut donc agir pour utiliser au mieux ses indemnités de licenciement.

Mieux vaut investir en immobilier ses indemnités de licenciement

La première chose à faire est de ne pas utiliser cet argent, quitte à réduire son niveau de vie. Cela est bien évidemment plus facile à dire qu’à faire mais c’est la solution sine qua non pour ne pas immédiatement hypothéquer son avenir. Il importe ensuite d’essayer d’investir du mieux que l’on peut le montant de ses indemnités qui peut atteindre plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de milliers d’euros. 

L’idée demeure de percevoir des revenus complémentaires venant autant que faire se peut compléter ses allocations chômage durant sa période d’inactivité forcée. La solution la plus simple consiste à se fabriquer une rente grâce à l’achat de parts de SCPI, les sociétés civiles de placement immobilier. Le principe est simple : il s’agit de réaliser un investissement immobilier mutualisé dont la gestion est assurée par une société de gestion agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Acheter des parts de SCPI signifie devenir propriétaire d’un patrimoine immobilier locatif de plusieurs millions, voire milliards d’euros. Comme tout propriétaire bailleur vous allez percevoir un loyer régulier net, proportionnel à votre investissement de départ. A la différence de l’immobilier d’habitation, dans l’immobilier tertiaire vos locataires sont les entreprises industrielles françaises et internationales, les groupes bancaires ou encore les exploitants des EHPAD et des cliniques. 

Le montant de ses indemnités de licenciement permet de se constituer un portefeuille de SCPI

Le principe est donc simple. Il suffit de quelques milliers d’euros pour investir, chaque SCPI ayant un prix de part spécifique et un nombre minimal de parts à acheter. L’avantage réside dans le fait que l’associé est déchargé de toute contrainte de gestion puisque c’est la société de gestion qui s’occupe de tout en contrepartie de frais de gestion. L’associé porteur de parts attend simplement de recevoir ses dividendes. Il est informé de la vie de la SCPI grâce à des bulletins trimestriels et à un rapport annuel. Il peut aussi participer chaque année à l’assemblée générale de sa SCPI.

Du point de vue des résultats, les SCPI de rendement ont rapporté en moyenne l’an dernier 4,43 % à leurs associés, sans compter une éventuelle revalorisation du prix des parts de la SCPI décidée en assemblée générale à la suite de l’expertise annuelle du patrimoine. Le taux précité est supérieur à celui des livrets réglementés comme le livret A et à celui des contrats d’assurance-vie en euros. Concrètement, il est judicieux d’investir dans les SCPI comme Epargne Pierre, Novapierre Allemagne ou Pierval Santé pour placer vos indemnités de licenciement.

Les SCPI investissent à la fois en France, en zone euro, et depuis peu hors zone euro mais toujours en Europe. L’idée est de mutualiser au maximum chaque SCPI afin de maximiser le couple rendement/risque. L’achat de parts de SCPI de rendement apparaît donc une solution simple pour se constituer un complément de revenus à l’issue du délai de jouissance de chaque SCPI qui équivaut à quelques mois, le temps que la société de gestion investisse l’argent des nouveaux associés.

Le recours à des professionnels des SCPI, indispensable au regard des multiples possibilités d’investissement

Comme il existe près de 180 SCPI, le choix des meilleures SCPI n’est pas aisé. Comme chaque préconisation de SCPI doit être réalisée sur-mesure, il importe de recourir à des professionnels de la question qui vous conseilleront au mieux de vos intérêts et vous éviteront de réaliser des mauvais choix. En effet, il existe de meilleures SCPI que d’autres et un choix de SCPI ne s’improvise pas en quelques minutes. 

En recourant aux experts de La Centrale des SCPI (www.centraledesscpi.com), vous êtes sûr de ne pas vous tromper. Ces hommes et ces femmes n’ont qu’un seul métier : la distribution en toute indépendance de parts de SCPI. Ils connaissent extrêmement bien ce marché et sauront vous proposer les meilleures SCPI. Vous pouvez leur téléphoner six jours sur sept en composant le 01.44.56.00.23. Vos indemnités de licenciement seront donc judicieusement investies. Afin de se constituer un portefeuille équilibré de parts de SCPI, mieux vaut les mixer c’est-à-dire en acheter de plusieurs SCPI, généralement au moins trois. 

Chaque allocation de parts découle du profil professionnel de l’investisseur qui est déterminé à partir d’un bilan patrimonial. Un portefeuille personnalisé de SCPI est ensuite proposé à chacun, et ce gratuitement et sans engagement. Le fruit de cette épargne immobilière assistée est assujetti à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des revenus immobiliers et subit également les prélèvements sociaux. Ces spécialistes vous aideront en tant que de besoin à remplir votre déclaration d’impôt.     

Pour les rencontrer, il suffit de vous rendre dans leur boutique du 15 rue Saint-Roch dans le 1er arrondissement de Paris. Ils vous accueilleront également six jours sur sept, avec ou sans rendez-vous autour d’un café. Leur boutique, unique en France, leur permet d’avoir pignon sur rue sur plusieurs niveaux, à quelques minutes à pied des stations de métro Tuileries et Pyramides. 

Sur leur site précité qui figure parmi les meilleurs portails SCPI du point de vue de l’information que l’on y trouve, vous pourrez parfaire votre connaissance de ce placement qui a la faveur des Français, et ce grâce à la lecture des fiches SCPI et sociétés de gestion, des dernières actualités, des données fiscales et patrimoniales, sans oublier le fait que vous pourrez utiliser des simulateurs et comparer les SCPI entre elles.  

Le chômage ne constitue pas une fatalité. Afin de maximiser ses chances de retrouver un emploi dans les meilleurs délais, il est nécessaire de se concentrer sur ses recherches et de ne pas se préoccuper de la meilleure manière de gérer ses indemnités de licenciement. C’est en ce sens que les investir en SCPI apparaît comme une solution simple, pérenne et recommandée, un bouclier patrimonial contre les accidents de la vie professionnelle.  

Bien évidemment, il est également possible d’agir de même avec ses indemnités issues d’une rupture conventionnelle, voire avec ses indemnités de départ en retraite. Ce qui importe, c’est d’investir en immobilier toute somme exceptionnelle. Le raisonnement vaut également en cas d’héritage. 

Grégorie Moulinier, l’un des associés fondateurs de La Centrale des SPCI ne dit pas autre chose : « Ce qui importe, c’est que la personne se sente en sécurité parce qu’il est toujours bon de percevoir des revenus complémentaires. »  

Alors que vous partiez avec une rupture conventionnelle, des indemnités de licenciement, des indemnités prudhommales ou un plan de départ à la retraite anticipé, ayez le bon reflexe en achetant des SCPI.

Avertissement

L'investissement dans une SCPI n'est pas garanti, tant du point de vue des dividendes perçus que de celui de la préservation du capital. Les SCPI dépendent en effet des fluctuations des marchés immobiliers.

Avant toute décision d'achat de parts de SCPI, faites-vous conseiller par un professionnel afin d'être certain(e) que ce placement correspond à votre profil patrimonial.

Enfin, comme tout investissement immobilier, tenez compte du fait que les SCPI sont des placements de long terme dont la durée de détention minimale ne saurait être inférieure à huit ans.

Vous aimerez aussi

Conso Comment faire des économies sur sa facture d'électricité ?
Économie 13 conséquences concrètes du Brexit
Économie Bitcoin, Ether, Ripple, Litecoin... les 10 cryptomonnaies à connaître

Ailleurs sur le web

Derniers articles