Interview Nathaniel Glas : comment bien démarrer en trading ?

[DR]

Le trading est un secteur aussi passionnant qu’effrayant. De nombreuses personnes s’y essayent tous les jours avec plus ou moins de succès. À force de patience, d’essais et d’acharnement, il est, en effet, possible de réussir à gagner de l’argent. Mais pour combien d’échecs ?

Publi-communiqué

C’est pour cette raison que certains traders proposent des formations sur le sujet aux personnes qui souhaitent se lancer dans le trading.

Nous avons le plaisir d’accueillir un trader qui en a fait son activité principale : Nathaniel Glas.

Bonjour, Nathaniel, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour et merci de m’avoir invité pour discuter des bases du trading. Je m’appelle Nathaniel Glas, jeune trader né en 1983. J’ai fait mes armes en étant mandataire de plusieurs entreprises. Aujourd’hui, je suis le mandataire principal de l’entreprise MABNG Immobilier (dont le président est André Bokobsa). 

Parce que j’adore tout ce qui touche à la gestion et à la finance, j’ai voulu apprendre les ficelles du métier du trading. Cela m’a permis d’acquérir une véritable expertise dans ce domaine. Ce savoir-faire, je le mets aujourd’hui au service des personnes qui s’intéressent, elles aussi, à cette discipline. En effet, je forme chaque année de nouveaux traders en leur offrant les bases et les clés pour faire fructifier leur argent. 

Pour toi, quelle est la différence entre un bon trader et un mauvais trader ?

Avant de commencer cet entretien, j’aimerais préciser que je vais essayer autant que possible de ne pas employer de termes trop difficiles liés à ce métier. Cela afin que tout le monde puisse mieux comprendre. Car, en effet, comme chaque corps de métier, pour devenir un excellent trader, il faut apprendre à connaitre la terminologie du trading. Mais chaque chose en son temps.

D’ailleurs, ce n’est pas cela qui permet de différencier le bon du mauvais trader. En fait, un bon tradeur est une personne qui sait calculer sa prise de risque. Ne pas investir dans tout et n’importe quoi et ne pas acheter et vendre n’importe comment. Voilà ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais trader.

Pour cela, il faut connaitre parfaitement les différents marchés financiers, être prêt à passer des ordres au bon moment et ne pas suivre les mouvements de masse, liés bien souvent à l’euphorie ou la panique.

Ainsi, selon moi, un bon trader est quelqu’un qui sait faire preuve de sang-froid en toutes circonstances, qui sait résister au stress et qui est capable de prendre du recul. Sans oublier de posséder une excellente culture économique afin d’être capable d’anticiper les bonnes et mauvaises opérations et de se protéger si besoin. 

Évidemment, faut-il préciser qu’un bon trader doit être à l’aise avec les courbes, les chiffres et l’actualité ?

Est-il possible de se lancer dans le trading avec un faible capital de départ ?

Certains comparent le trading au poker. Je trouve cette comparaison intéressante, car c’est vrai que ces deux activités comportent des points communs. Dans le trading, comme au poker, on doit évaluer les risques en temps réel. Est-ce que l’action que je me prépare à acheter vaut le coup que je m’y intéresse maintenant ? Suis-je prêt à investir de l’argent sur une action risquée au risque de tout perdre rapidement ? À quel moment faut-il vendre pour maximiser son profit ou éviter de trop grosses pertes ? 

Voici autant de questions que se pose le trader au quotidien (et plusieurs fois par jour). Au poker, on bluffe, on relance, on se couche ou on va à tapis. En trading, le bluff n’existe pas. Pourtant, on réalise aussi des opérations plus ou moins risquées qui peuvent nous permettre de gagner gros ou de tout perdre. 

Tout ça pour dire qu’il est tout à fait possible de commencer avec un faible capital de départ (quelques centaines d’euros). Mais, comme au poker, il faut apprendre, dans ce cas, à jouer serré. Il faut donc commencer par des actions stables et attendre de voir fructifier son capital. Ce qui n’est pas ce qui le plus marrant, c’est vrai. Mais c’est la meilleure façon de progresser. 

Par contre, je me dois de préciser qu’il est fortement déconseillé de trader de l’argent par nécessité. Car, pour s’améliorer, il faut apprendre à perdre. En jouant en Bourse, on peut gagner. Mais on perd aussi souvent. Surtout sans formation préalable. 

Peut-on vivre du trading ?

C’est une question que l’on me pose souvent. Oui, on peut vivre du trading. D’ailleurs, trader est un métier. Par contre, je préfère mettre les points sur les i tout de suite. Le profil du trader qui vit dans sa superbe villa au bord de la mer et qui travaille quelques heures par jour est un doux rêve. 

C’est pourquoi je préfère préciser : on peut vivre du trading à deux conditions. La première : savoir gérer le risque. La seconde : savoir se fixer des objectifs réalistes. 

Donc, avant de commencer à penser à vivre à 100% du trading en tant qu’indépendant, il faut déjà faire son possible pour dégager des bénéfices sur le long terme et engranger de plus en plus d’argent. Car je rappelle qu’il est important de ne pas jouer l’argent dont on a besoin pour vivre. Au risque d’être restreint dans ses choix et ses décisions de placement.

Et au niveau de la fiscalité : que doit savoir un néophyte ?

Pour parler de fiscalité et, donc, d’impôts, il faut déjà mettre de côté les comptes types Assurance-Vie et PEA (Plan d’Épargne en Actions). Ici, nous allons seulement parler du trader actif (occasionnel ou professionnel). 

Pour un trader occasionnel, pas besoin de créer d’entreprise. Ce type de trader sera soumis au barème de l’impôt sur le revenu (au titre des Bénéfices Non Commerciaux). 

Par contre, un trader professionnel sera obligé de créer une entreprise (une Entreprise Individuelle ou une EIRL, en règle générale). Ainsi, il a le choix entre deux régimes fiscaux : l’impôt sur les sociétés ou l’impôt sur le revenu. 

Il faut aussi savoir qu’en cas d’activité principale, il peut être intéressant pour le trader de faire appel à un expert comptable pour l’épauler. Pour en savoir, cliquez ici.

Tout le monde peut-il devenir trader ?

Voici encore une question que l’on me pose souvent. Je dirai oui et non. En théorie, oui, tout le monde peut devenir trader. Dans les faits, le métier du trading demandant un certain sang-froid, il faut être capable d’avoir l’esprit clair en toutes circonstances pour prendre les bonnes décisions.

Ainsi, les personnes qui ont besoin d’argent rapidement et qui placent leurs économies ne peuvent pas être de bons traders (ou alors ce sont des génies qui ont beaucoup de chance). 

Peux-tu, pour finir, nous donner quelques conseils pour bien débuter ?

Évidemment, le meilleur conseil est de suivre une formation avant de se lancer. Sinon, il est aussi possible de s’entrainer avec de l’argent virtuel sur les modes démos des sites de trading. 

Et surtout : prendre du temps pour se tenir constamment informé de l’actualité mondiale tout en établissant des plans d’action préalable (auxquels il faut se tenir). 

Merci, Nathaniel, d’avoir accepté de répondre à nos questions sur les bases du trading.

À suivre aussi

Publi-rédactionnel Pourquoi la SCPI est-elle devenue le placement retraite chouchou des Français ?
Publi-rédactionnel Assurance auto : les atouts de la souscription en ligne immédiate
Publi-rédactionnel Matelas en ligne : un marché en pleine croissance ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles