Faut-il mieux louer ou acheter son bien immobilier en 2019 ?

[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Devenir propriétaire est le rêve de beaucoup de français, mais ce rêve est de moins en moins accessible à mesure de la croissance des prix. Sur la lancée de 2017, l’année 2018 et 2019 a encore été haussière à Paris et dans les grandes villes et plus stable dans le reste de la France.

Contrairement aux idées reçues, l’achat est parfois loin d’être la meilleure solution, en effet louer son logement ne revient pas toujours plus coûteux que de l’acheter. Pour comparer entre les deux solutions possibles pour se loger, le plus important est de prendre en compte la durée pendant laquelle vous allez habiter dans ce logement. Pour mieux se rendre compte, il est conseillé de faire des simulations « Achat ou location » en fonction des paramètres de votre projet personnel. 

Achat ou location en 2019

Tout d’abord acheter votre bien immobilier permet de vous constituer un patrimoine. Ainsi, lorsque que vous avez terminé de rembourser votre crédit immobilier, vous obtenez un certain pouvoir d’achat qui vous permettra d’entreprendre d’autres projets personnels. Ou, vous pouvez aussi bien en profiter pour réaliser une plus-value en revendant le bien en question.

La location offre également des avantages. Par exemple vous aurez plus de flexibilité, c’est-à-dire que vous pourrez déménager plus facilement pour un emploi dans une autre zone, ce qui représente un atout majeur aujourd’hui dans le monde du travail. Aussi, le statut de locataire vous dispense du financement des travaux de copropriété.

Si vous souhaitez effectuer l'achat d'un appartementil vous faudra payer de nombreux frais. Pour cela, il est primordial de se renseigner sur les différentes dépenses à effectuer à l’acquisition de ce bien :

- Le montant du bien : Il s’agit du prix du logement sans tenir compte des frais d’agence immobilière ou de notaires, ni des possibles travaux à prévoir.

- La durée du prêt : Il est important de savoir que plus votre crédit est étalé sur une longue durée, plus le coût des intérêts sera important. Il est donc déconseillé par exemple de réaliser un prêt sur 30 ans.

- Le taux du prêt : C’est le taux d’intérêt d’un emprunt sans prendre en compte le coût des assurances ni des frais de dossier.

- Le taux de l’assurance décès invalidité : Le coût annuel des cotisations d’assurance emprunteur est en général exprimé en pourcentage du montant initial du crédit. Ce taux est fixé à 0,35%. 

- Le montant des travaux à réaliser : Lorsque vous procéder à l’achat d’un bien immobilier, il y a souvent des travaux à effectuer, vous devez donc prendre en compte le montant prévu pour ces travaux.

- Le montant de la taxe foncière : Chaque année, tous les propriétaires d’un bien immobilier doivent payer un impôt local sur leur propriété appelé la taxe foncière.

À suivre aussi

Publi-rédactionnel Immobilier : Pourquoi les Français sont-ils friands de SCPI ?
Publi-rédactionnel Gaz naturel : toutes les clés pour bien négocier son contrat
Publi-rédactionnel Les chiffres clés du secteur de la mode en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles