Vacances de la Toussaint : 1 Français sur 5 compte partir

Les intentions de départs pour les vacances de la Toussaint sont en hausse cette année. [FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Plus de départs à la Toussaint, des envies d’ailleurs et des solutions collaboratives de plus en plus plébiscitées, telles sont les intentions des Français pour les vacances de la Toussaint selon la 33e édition du baromètre réalisé par Opinionway pour Mondial Assistance.

A peine deux mois après les longs congés d’été, les vacances de la Toussaint séduisent de plus en plus. Plus d’un Français sur 5 compte s’offrir une pause, d’en moyenne sept jours à cette période. Une tendance à la hausse - 2 % de plus qu’en 2018 et 6 % de plus qu’en 2017  - qui bénéficie, en prime cette année, d’un bon calendrier. Le 1ernovembre tombant un vendredi.  A noter cependant, près de 75 % de la population ne partira pas à la Toussaint. 

L’étranger gagne du terrain 

Comme toujours, les séjours en France, souvent moins coûteux et plus faciles à organiser, ont la côte. Une grande majorité des Français partira en effet dans l’Hexagone (70 %), privilégiant des hébergements chez des proches ou en famille. Mais ces séjours de proximité enregistrent toutefois une baisse importante (- 8 %). Un recul qui bénéficie aux voyages à l’étranger.

Près de 30 % des Français qui partiront en vacances prévoient en effet de quitter l’Hexagone. Ces derniers privilégieront majoritairement l'Europe (20 %), mais aussi l'Afrique (6 %) et l'Asie (3 %).  Une progression qui surfe sur les envies d'ailleurs des vacanciers. Outre l'envie de profiter de ses proches et de se reposer, argument largement avancé par les voyageurs, ils sont plus nombreux cette année à vouloir changer d'air.  

Les solutions collaboratives de plus en plus plébiscitées  

Hébergement, moyen de transport, activités sur place, les solutions collaboratives sont de plus en plus prisées par les voyageurs. Ainsi 24 % des partants, contre 17 % l’année dernière, envisagent de privilégier au moins une de ces initiatives durant leurs congés. Une tendance particulièrement marquée chez les moins de 35 ans. Ils sont plus de 40 %  à se tourner vers ce mode de fonctionnement collaboratif pour l’organisation et le déroulé de leurs vacances contre 29 % des 35 – 49 ans et seulement 8 % des 65 ans et plus. 

Une approche qui ne prend pas encore le pas sur les modes de voyages dits classiques. L'utilisation de compagnies de transports, la réservation d'hôtel ou encore la prise de rendez-vous avec un guide restent encore majoritaires.  

À suivre aussi

Des secouristes sur la place Saint-Marc inondée, le 12 novembre 2019 à Venise [Marco Bertorello / AFP]
Italie Venise touchée par une «acqua alta» historique
Le tourisme du Mur du Berlin
Allemagne Le tourisme du Mur du Berlin
Tourisme Des visites immersives à Berlin pour les 30 ans de la chute du mur

Ailleurs sur le web

Derniers articles