Michel Biero : "Pour Lidl, être au Salon de l'Agriculture était une évidence"

Michel Biero, gérant achats de l'enseigne Lidl Michel Biero, gérant achats de l'enseigne Lidl[© Julien GERARD / Lidl ]

Lidl arrive au Salon de l'Agriculture. Michel Biero, gérant d'achats de l'enseigne, se félicite de cette présence. Il répond aux questions de Direct Matin.

 

Une grande première. L’enseigne de grande distribution Lidl fera demain ses premiers pas au Salon international de l’agriculture, en y installant son stand. Une présence inédite qui va permettre, selon son gérant achats Michel Biero, de montrer son attachement au made in France et de développer encore davantage sa proximité avec les Français.

 

Le salon ouvre ses portes samedi. Vous êtes impatient ?

C’est une très grande excitation, car nous avons mobilisé en interne une centaine de personnes, des caissières, des préparateurs de commandes, des responsables de magasin, des gens de terrain, qui seront les ambassadeurs de Lidl sur le stand.
 
 
Pourquoi avoir voulu être présent à cet événement ?
 
Le salon est la plus grande vitrine du made in France. Etre sur place était pour nous une évidence, de même que nous étions aux Journées européennes du patrimoine en septembre. Depuis deux ans, notre démarche consiste à montrer que Lidl est un modèle particulier. Ce n’est ni du hard-discount, ni un supermarché traditionnel, mais une offre basée sur la proximité, la rapidité et le meilleur rapport qualité-prix.
 
 
La promotion du made in France est très importante pour Lidl…
 
Nous avons déjà 70 % de notre gam­me qui est française, et voulons proposer au maximum des produits régionaux. Car nous avons la chance, en tant que Français, d’avoir vingt-deux régions où l’on mange vingt-deux fois des choses différentes. Notre présence dans vingt-cinq pays européens nous permet de les exporter. Nous en avons profité pour développer notre marque Saveurs de nos régions, riche d’une centaine de produits, dont le relooking sera dévoilé lors du salon.
 
 
Comment expliquer le virage amorcé par Lidl depuis deux ans ?
 
C’est une réponse aux attentes, l’adaptation a un marché qui est réel. En France, nous avons une carte à jouer, mais sans changer de modèle pour devenir un supermarché traditionnel avec 30 000 références. Notre concept de base reste le même : un besoin, un produit. Par contre ce besoin, nous pouvons le présenter de manière "frenchy" et "sexy", pour que le consommateur ait envie de venir chez nous. Nous voulons que Lidl, demain, devienne tendance.
 
 
Quels sont les prochains développements prévus par Lidl ?
 
Nous en avons beaucoup. Arrivés à la télévision l’an dernier, nous allons continuer de développer notre présence auprès des médias. L’autre aspect à travailler va être la rénovation de nos parcs magasins, le développement de notre surface moyenne. 
 
 
 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles