Gaspillage alimentaire : des chiffres et des idées

Gaspillage alimentaire : des chiffres et des idées.[Patrick Pleul / DPA/AFP/Archives]

Chaque Français jette en moyenne jusqu’à 30 kilos de nourriture par jour. Pour faire face au gaspillage alimentaire, agriculteurs, citoyens et grandes surfaces se mobilisent alors qu'un rapport sur le sujet est remis mardi aux ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture. Les idées fleurissent pour gâcher le moins possible :  du doggy bag à l’échange de restes alimentaires.

 

Les chiffres sont alarmants. Chaque Français jetterait à la poubelle jusqu’à 30 kilos de nourriture par an, soit environ 580 grammes par semaine. Ce volume équivaut à un petit steak haché (80 g) par personne et par jour. Selon le Figaro, le gaspillage, à l’échelle européenne, atteint les 89 tonnes annuelles de nourriture jetée.

En terme financier, le gaspillage est évalué entre 12 et 20 milliards d’euros en France, soit à environ 400 euros par an pour une famille avec deux enfants.

Pour Guillaume Garot, député PS de la Mayenne et ancien ministre chargé de l'agroalimentaire, qui remet mardi un rapport sur le sujet aux ministres de l'Écologie Ségolène Royal et de l'Agriculture Stéphane Le Foll, la lutte contre le gaspillage alimentaire, "est un vrai choix de société".

 

Tout faire pour ne plus jeter

"L'alimentation n'est pas une marchandise comme les autres. Il faut tout faire pour ne plus jeter. C'est un scandale éthique et aussi une question de pouvoir d'achat", explique-t-il.

Le rapport pointe la responsabilité de chacun et propose des solutions pour tenter de réduire le gâchis. Concernant les particuliers, il s’agit de faire preuve de pédagogie, notamment en communiquant intelligemment sur les dates de péremption.

 

Halte à la "Javel"

Si, concernant les ménages, l’ancien ministre met en avant "la responsabilité" de chacun, la grande distribution pourrait être touchée par des mesures plus fortes. Ainsi, le rapport réclame une stricte "interdiction de jeter", et critique l'habitude de "javelliser" les denrées jetées pour les rendre impropres à la consommation. Des pratiques qui sont régulièrement dénoncées par les organismes de secours.

"Nous considérons que la grande distribution doit mettre en oeuvre différents leviers pour ne plus avoir à jeter", indique M. Garot.

 

La part des agricumteurs dans le gaspillage est faible

Le rapport admet que la part des agriculteurs dans le gaspillage alimentaire en France est "faible" mais préconise des mesures de dégagement en cas de surproduction ou d’aléas économiques.

Guillaume Garot propose d'élargir à tous les produits agricoles le mécanisme déjà appliqué au lait, "qui permet aux producteurs agricoles de bénéficier de la défiscalisation dans le cadre de l'aide alimentaire ».

 

Quelques idées innovantes

Le doggy bag pourrait se généraliser dans les restaurants de l’Hexagone très prochainement. Cette pratique, qui consiste à repartir avec les restes de son repas dans un sac est très populaire aux Etats-Unis.

La grande école de cuisine Ferrandi, par le biais de certains de ses élèves, vient d’ouvrir un "food truck" qui propose des repas confectionnés à partir d’aliments « invendables ». Dans le même esprit, le collectif des Gueules cassées, qui souhaite valoriser les produits alimentaires dont l’aspect visuel n’est pas parfait, lance sa propre marque.

Plus insolite, une application pour smartphones, Leftoverswap, permet à ses utilisateurs de donner leurs restes à la sortie du restaurant ou de les échanger contre d’autres restes. Peu utilisée en France où les règles de contrôle sanitaire prévalent, elle est relativement populaire aux Etats-Unis.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles