La puissance de Klitschko, sacré chez les lourds, en une image

Le champion du monde poids lourds ukrainien Wladimir Klitschko célèbre sa victoire sur l'Australien Alex Leapai pour les titres WBA-IBF-WBO le 26 avril 2014 à Oberhausen, en Allemagne [Patrik Stollarz / AFP]

L'Ukrainien Vladimir Klitschko est resté le patron incontestable des lourds en atomisant le Bulgare Kubrat Pulev d'une puissante gauche à la 5e reprise pour conserver ses titres IBF/WBA/WBO, samedi à Hambourg.

 

A 38 ans, l'Ukrainien a fait une véritable démonstration de force, envoyant son adversaire au tapis deux fois dès la première reprise, puis encore à la 3e avant de conclure sur un coup de massue après 2 min et 11 sec dans le 5e round.

Avec cette 17e défense de titres, le champion a fait un pas de plus vers le record de la catégorie-reine (25) détenu par le légendaire Joe Louis.

S'il a remercié Hambourg, "cette ville où j'ai fait mes débuts 18 ans plus tôt", il a vite dédié cette victoire en Ukrainien à ses compatriotes "qui vivent des heures difficiles", avec dans son dos son frère ainé Vitali, ancien maître de la WBC et actuel maire de Kiev.

Invaincu en 20 combats, Pulev se présentait comme le plus rude défi de Klitschko depuis le Britannique David Haye auquel le champion avait ravi la ceinture WBA en 12 reprises en juillet 2011.

Mais après un début de combat digne d'un corps-à-corps de rue, Klitschko a puni coup sur coup son rival qui goutait au tapis deux fois. Le Bulgare prenait un peu de distance mais il était encore ébranlé par une gauche avant d'aller encore au tapis puis retourner dans son coin avec une coupure sous l'oeil gauche.

Le soutien d'une forte présence bulgare ne pouvait empêcher leur champion de subir l'assaut final et aller au sol pour le compte sur une gauche digne du surnom de Klitschko: "Docteur Poing d'acier".

"Je me sens très bien, assurait le Bulgare de 33 ans, tout en protégeant d'une poche de glace une pomette droite sérieusement enflée. 

"Klitschko est bon mais il a eu aussi de la chance. Il y aura une revanche et cette fois je gagnerai", assurait le natif de Sofia après le premiers revers en 21 combats.

Pas sûr toutefois que le mot chance soit approprié pour qualifier la victoire de l'Ukrainien tant ses coups, à l'image de celui-ci.

 

À suivre aussi

Boxe 47 points de suture pour le boxeur Tyson Fury après sa blessure contre Otto Wallin
Boxe Tyson Fury attend maintenant Deontay Wilder, le «grand bouffon»
Boxe Tyson Fury se fait peur, mais vient à bout d'Otto Wallin aux points

Ailleurs sur le web

Derniers articles