Daniel Narcisse : "On a toujours les cartes en main"

Daniel Narcisse.[JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]

A l’occasion d’une réception organisée ce mercredi à l’ambassade de France au Qatar, en compagnie des supporters tricolores, Daniel Narcisse est revenu sur ses débuts réussis au Mondial de handball et les futures échéances françaises contre l’Algérie puis la Suède. Avec l’objectif d’aller décrocher la première place du Groupe C, ce qui éviterait à l’équipe de France un 8e de finale délicat.

 

C’est important pour vous d’aller à la rencontre des supporters…

A chaque compétition, on a pris l’habitude de partager un moment avec les supporters présents. Je trouve ça sympa de pouvoir créer une proximité avec eux autour d’un verre. Surtout qu’on a été surpris, lors de notre premier match, de voir autant de supporters français dans la salle. Et en plus, ils ont mis une belle ambiance. Ça fait toujours plaisir de voir qu’ils sont toujours présents pour nous suivre et nous encourager, même si on est très éloignés de la France, ici, au Qatar. Et j’espère qu’ils seront de plus en plus nombreux au fur et à mesure de la compétition.

 

Vous avez enfin pu démarrer votre Mondial. Comment jugez-vous votre retour ?

Depuis quelques jours, je commençais déjà à bien récupérer au niveau de mon mollet. Mais il faillait que je fasse attention de ne pas trop précipiter mon retour. C’est pour ça aussi que j’ai eu quelques jours de repos pour éviter que la blessure ne s’aggrave. Pendant mon absence, l’équipe avait vraiment bien joué. Mais certains joueurs commençaient à être fatigués, surtout après le dur combat contre l’Egypte. De mon côté, je me sentais de mieux en mieux. Même si je ne devais pas jouer aussi longtemps, j’ai pu reprendre un peu le rythme et enfin entrer dans ce Mondial. Par moment, il m’a manqué encore un peu de lucidité, mais j’espère continuer à apporter à l’équipe. 

 

Le match nul concédé contre l’Islande est-il inquiétant ? 

C’est un petit coup d’arrêt, mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter. On est toujours en phase avec nos objectifs, puisqu’on est qualifiés pour les huitièmes de finale. Maintenant, on se doit d’aller la meilleure place possible pour s’éviter une confrontation trop compliquée en 8e. On va essayer de préparer nos deux derniers matchs de poule comme il se doit. Car on a vu par moment que cette équipe d’Islande nous a bousculés. 

 

Vous maitrisez votre destin pour terminer en tête de votre groupe…

On a toujours les cartes en main pour terminer premier du groupe. Il suffit de battre l’Algérie et la Suède pour terminer en tête. On sait ce qu’ils nous restent à faire. A nous de bien nous préparer pour atteindre cet objectif.

 

A priori, l’équipe d’Algérie ne devrait pas trop vous poser de problèmes.

Elle a certes perdu ces trois premiers matchs et elle est censée être l’équipe la plus faible du groupe. Mais il ne faut pas tomber dans le piège et prendre cette rencontre trop à la légère. On a appris à se méfier de toutes les équipes. Et comme avec l’Egypte, on s’attend à affronter une équipe coriace et très agressive en défense. Et puis, ils ont réussi à poser des problèmes aux autres équipes, même s’ils n’ont pas réussi à tenir le rythme.

 

Cette rencontre pourrait permettre à Claude Onesta de faire souffler certains joueurs. Comme Nikola Karabatic…

Le premier objectif est de gagner. Après, s’il y a la possibilité de faire tourner certains joueurs, on ne va pas s’en priver. De nombreux joueurs ont beaucoup joué et Nikola Karabatic en fait partie. En plus, il ne s’économise jamais sur le terrain. Il dégage beaucoup d’énergie. Une compétition est longue et que les matchs vont commencer à être importants. Donc ça ne sera pas un luxe si certains peuvent en profiter pour se reposer.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles