Mondiaux d'athlétisme : Le blues des Bleus

Renaud Lavillenie a du se contenter du bronze à la perche.[Archives AFP]

Avec seulement deux médailles de bronze décrochées lors des Championnats du monde d'athlétisme à Pékin, l'équipe de France n'a pas brillé. Un bilan terne qui s'explique par le grand nombre d'absents. Inquiétant à seulement un an des Jeux Olympiques de Rio ?

 

L’équipe de France n’a pas quitté Pékin avec un excédant de bagage. Avec seulement deux médailles de bronze glanées dans la capitale chinoise, les Français ont conclu dimanche l’une de leurs pires éditions des Championnats du monde d’athlétisme. Un manque de réussite symbolisé lors de la dernière journée, où ils n’ont récolté aucune médaille.

Cette très faible moisson – très loin du record de 8 médailles - s’explique surtout par l’absence de nombreux athlètes. Teddy Tamgho (triple saut), Mahiedine Mekhissi (3000 m steeple), Yohann Diniz (marche), Eloyse Lesueur (longueur) ou encore Kévin Mayer (décathlon)… tous ont été forcés de déclarer forfaits avant l’événement ce qui a considérablement réduit les possibilités de médailles.

 

Déception sur le 100m et 110m haies

Malgré tout, l’espoir d’une médaille d’or était présent avec Renaud Lavillenie. Mais le perchiste tricolore a une nouvelle fois échoué aux Championnats du monde, seul titre qu'il manque à son palmarès. Le Clermontois n'a pris que la troisième place. Tout comme Alexandra Tavernier au lancer du marteau, qui pour le coup fut une belle surprise. La native d’Annecy a décroché le bronze avec un jet à 74,02m.

Pour le reste, c’est Waterloo. Sur 100m, derrière Usain Bolt et Justin Gatlin, Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut n’ont rien pu faire, alors que sur 110m haies, la déception fut grande pour Pascal Martinot-Lagarde, Dimitri Bascou et Garfield Darien. Tous trois en finale, aucun n’a réussi à monter sur le podium.

 

 

Amsalem se veut rassurant

Toutefois, ce bilan n’inquiète pas la Fédération française d’athlétisme, qui s’attendait à ce résultat. "C’est une année de transition. On a fait l’impasse sur 2015 pour mieux préparer les Jeux Olympiques de Rio l’an prochain", a tenu a précisé Bernard Amsalem, président de la FFA, pour qui "cette équipe est pleine de promesses".  De quoi remonter le moral aux Bleus.

Sans oublier que pour la plupart, il s’agissait de leurs premières sorties à ce niveau. En disputant les finales de leurs disciplines respectives, certains ont donné rendez-vous à Rio. C’est ainsi le cas de Rénelle Lamote (21 ans, 800m), Pierre-Ambroisse Bosse (23 ans, 800m) ou encore Kévin Menaldo (23 ans, perche) qui se sont révélés aux yeux du grand public. Alors la claque de Pékin sera-t-elle salvatrice ? Réponse dans un an.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles