55% des Français pensent que Paris obtiendra l'organisation des JO 2024

Ils se prennent au jeu. Alors que la deuxième partie du dossier de candidature aux JO de 2024 doit être déposée ce vendredi, les Français affichent leur confiance quant à la candidature de Paris.

Ils sont 55 % à penser que la capitale va décrocher l’organisation des Jeux, aux dépens de Los Angeles (Etats-Unis) et de Budapest (Hongrie), selon un sondage de l’Institut CSA réalisé en exclusivité pour Direct Matin. Un optimisme mesuré, «mais il suffirait de quelques signes positifs pour que la ferveur se développe davantage», estime Vincent Georget, directeur de clientèle au pôle Média chez CSA.

A lire aussi : Candidature aux JO 2024 : Thomas Bach en visite à Paris

Les jeunes sont optimistes

Cependant, toute la population n’est pas sur la même longueur d’ondes. Si les femmes sont partagées, avec 50 % d’entre elles qui imaginent Paris être désignée, les hommes, friands de sport, sont beaucoup plus confiants (61 %). Il existe aussi une disparité en fonction de l’âge. Plus on est jeune, plus on croit aux chan­ces de la Ville lumière, puisque les 18-24 ans (64 %) et les 25-34 ans (62 %) pensent que Paris sera l'heureuse élue.

Outre la possibilité que des emplois soient créés pour cette occasion, ils sont attirés par le côté festif que peut générer ce rendez-vous. «La jeunesse porte le mouvement. Pour eux, le sport est une fête et un moyen de se rassembler comme on a pu le voir pendant l’Euro 2016. Et puis, ils seront ceux qui profiteront le plus de l’événement», avance Vincent Georget.

En revanche, les 50 ans et plus demeurent méfiants. Ils sont seulement un sur deux à miser sur une victoire de Paris, sans doute encore marqués par les échecs précédents. A l’instar des personnes qui résident en Ile-de-France.

A lire aussi : JO 2024 : quels sont les logos des villes candidates ?

Car seuls 52 % des Franciliens imaginent la capitale française rafler la mise, contre 55 % des provinciaux. S’il peut exister une certaine forme de rejet et la crainte de subir des désagréments (chantiers, embouteillages, coûts…), c’est aussi le poids du passé qui incite à la prudence. «Comme pour beaucoup, il y a une sorte de réserve. Ils n’ont pas envie d’être une nouvelle fois déçus», explique Vincent Georget. Eux, comme l’ensemble des Français, seront fixés le 13 septembre 2017 lors de l’élection de la ville hôte à Lima (Pérou). 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles