Présidentielle : le regard du chanteur de Dionysos

"Au-delà même des idées", le futur président de la République devra donner "une envie", un "élan" aux Français, estime l'écrivain et chanteur du groupe Dionysos Mathias Malzieu.[AFP]

"Au-delà même des idées", le futur président de la République devra donner "une envie", un "élan" aux Français, estime l'écrivain et chanteur du groupe Dionysos Mathias Malzieu.

Qu'attendez-vous du président après son élection ?

Au delà du clivage gauche-droite -- même si personnellement j'ai clairement une sensibilité de gauche --, ce qui est très dur avec cette crise, c'est la peur et la déprime. On manque de personnes qui nous donnent un espèce d'élan. Et un élan ça ne veut pas dire juste faire des promesses techniques, c'est une façon de donner envie, de motiver ses troupes. J'attends de lui qu'il soit un vrai président, qu'il porte le pays par un certain charisme, une envie, un élan. Je trouve que ça a fait particulièrement défaut depuis cinq ans.

J'espère qu'on aura quelqu'un qui saura fédérer, qui saura donner au-delà des idées et des promesses une espèce de confiance, un côté +d'accord c'est dur, mais on y va, il peut y avoir de la créativité, il peut y avoir de l'élan+.

Que devra-t-il faire en premier ?

Si j'étais président de la République, la première chose que je ferais, c'est de débloquer un budget pour que toutes les personnes en France puisse voyager à l'étranger pendant au moins une semaine par an. Je pense qu'on aurait beaucoup moins de problèmes de racisme, de sectarisme, d'intolérance. Pour les petits comme pour les plus âgés, voir comment c'est de l'autre côté d'une frontière, voir que les gens ne sont pas méchants, ne sont pas si différents, ce serait extraordinaire.

Je sais que c'est complètement irréalisable, c'est plus un exemple d'intention. Mais pour moi la première chose, c'est peut-être ça: essayer d'ouvrir un peu l'esprit des gens pour voir que partout, loin ou pas, des gens ont les mêmes problèmes que nous, que certains font des trucs mieux que nous et d'autres ont des problèmes plus graves que nous.

Que ne devra-t-il surtout pas faire ?

Je crois qu'il ne devra surtout pas habiter la fonction en partant sur un yacht. Quel qu'il soit, il ne devra surtout pas faire de triomphalisme. Il faudra prendre évidemment la joie d'une victoire, mais je pense qu'il ne faudra pas trop la projeter parce que sinon l'état de grâce sera très court, vu qu'on est en période d'ultra-crise. Pas de tour du stade avec la coupe, parce qu'il n'y a pas le temps. Le mec va marquer un but OK, mais l'équipe -- le pays -- est toujours menée, donc on remet la balle au centre, on se retrousse les manches et on y va.

(Propos recueillis par Bénédicte Rey)

Vous aimerez aussi

Blaise Matuidi de retour aux sources à Fontenay-sous-bois : l'entretien exclusif CNEWS
Interview Blaise Matuidi de retour aux sources à Fontenay-sous-bois : l'entretien exclusif CNEWS
Interview François D’Haene : «L'ultra-trail est une discipline fabuleuse»
L'attaquant Kylian Mbappé après avoir marqué contre l'Argentine, le 30 juin, à Kazan (Russie).
Interview Coupe du Monde : quel impact aurait une victoire des Bleus sur l'économie française ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles