L'Unesco s'inquiète pour le patrimoine syrien

La directrice générale de l'Unesco Irina Bokova a demandé jeudi aux "parties impliquées dans le conflit" en Syrie d'"assurer la protection de son héritage culturel exceptionnel", a annoncé l'agence de l'ONU pour la science, la culture et l'éducation, dans un communiqué.[AFP/Archives]

La directrice générale de l'Unesco Irina Bokova a demandé jeudi aux "parties impliquées dans le conflit" en Syrie d'"assurer la protection de son héritage culturel exceptionnel", a annoncé l'agence de l'ONU pour la science, la culture et l'éducation, dans un communiqué.

"A la suite d'un certain nombre de reportages faisant état des menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel syrien en raison du conflit actuel, je souhaite faire part de ma profonde préoccupation quant aux dommages éventuels causés à ces précieux sites", a déclaré Mme Bokova.

"J'exhorte toutes les parties impliquées dans le conflit à assurer la protection de cet héritage culturel exceptionnel que la Syrie abrite sur son sol. Les dommages causés au patrimoine de ce pays sont autant de blessures infligées à l'âme de son peuple et à son identité", a-t-elle ajouté.

Six sites syriens -l'ancienne ville de Damas, l'ancienne ville de Bosra, le site de Palmyre, l'ancienne ville d'Alep, le Krak des chevaliers et Qal'at Salah El-Din, les villages antiques du Nord de la Syrie- sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

La directrice générale de l'Unesco a appelé Damas au respect des Conventions pour la protection des biens culturels, notamment afin d'éviter toute exportation illicite.

"L'Unesco est prête à apporter son aide par des rapports d'évaluation des dommages causés au patrimoine culturel syrien, notamment dans les sites du patrimoine mondial, et à préparer des plans visant à assurer leur sauvegarde dès que la situation le permettra ", a conclu Mme Bokova.

Le 23 mars, l'opposition syrienne avait appelé l'Unesco à "agir immédiatement" pour protéger les sites historiques du pays mis en péril, disait-elle, par les attaques de l'armée régulière.

Selon elle, la mosquée d'Omar à Deraa (sud), vieille de plusieurs siècles, et l'église Saint Ilian al-Homsi, à Homs (centre), ont, entre autres, été endommagées lors de tels bombardements.

La Syrie possède un important patrimoine archéologique et historique et sa capitale, Damas, est une des plus anciennes villes du monde.

Depuis l'éclatement le 15 mars 2011 d'une révolte populaire dans ce pays, plus de 9.100 personnes ont péri dans des violences, selon une ONG syrienne.

À suivre aussi

Un barrage des forces de sécurité indiennes à Srinagar le 12 août 2019 [Tauseef MUSTAFA / AFP]
Conflit Cachemire indien : le couvre-feu sera assoupli après la fête nationale de l'Indépendance
Des étudiants pakistanais protestent le 5 août à Lahore contre l'annonce de l'Inde de révoquer l'autonomie constitutionnelle du Cachemire indien, en proie à un conflit territorial avec le Pakistan depuis 70 ans. «Le Cachemire saigne», peut-on notamment lire sur leurs banderoles.
Conflit Les clés pour comprendre la crise au Cachemire
Des drapeaux turc et américain flottent le 17 septembre 2016 au-dessus du village syrien de Tal Abyad, à l'extrême nord du pays près de la frontière turque [DELIL SOULEIMAN / AFP/Archives]
Conflit Syrie : Ankara et Washington vers la création d'une «zone de sécurité»

Ailleurs sur le web

Derniers articles