Claude Miller, un cinéphile passionné par les âmes sombres

Le réalisateur français Claude Miller, décédé mercredi soir, a servi à l'ombre des grands cinéastes de sa jeunesse avant de se lancer à son tour dans la réalisation, à l'affût des sentiments intimes et de la noirceur des âmes, servi par les meilleurs acteurs du moment.[AFP/Archives]

Claude Miller, décédé mercredi soir, a servi à l'ombre des grands cinéastes de sa jeunesse avant de se lancer à son tour dans la réalisation, à l'affût des sentiments intimes et de la noirceur des âmes, servi par les meilleurs acteurs du moment.

Le cinéaste, mort à l'âge de 70 ans après des mois de maladie, a signé quelques-uns des plus grands succès du cinéma français de la décennie 80 avec "Garde à vue", "Mortelle randonnée", "L'effrontée", s'attachant avec l'âge à des personnages de plus en plus féminins.

Parisien, fils d'un employé du cinéma mythique des grands boulevards à Paris, le Grand Rex, Claude Miller, né le 20 février 1942 au coeur de la guerre, de parents juifs, est sorti major de l'Idhec, la grande école du cinéma français où il a appris les techniques du métier et ancré sa cinéphilie.

Dans la décennie qui suit, ce savoir-faire lui vaut de travailler comme assistant pour Marcel Carné, Robert Bresson, Jacques Demy, Jean-Luc Godard et François Truffaut - dont il devient le directeur de production et l'ami.

Après avoir exercé à peu près tous les métiers du cinéma, et signé plusieurs courts métrages, il réalise son premier film, "La meilleure façon de marcher" (1976) avec un Patrick Dewaere porté par sa beauté insolente et virile face à Patrick Bouchitey, encore débutant. Un sujet difficile sur la rivalité malsaine entre deux moniteurs dans une colonie de vacances.

Il enchaîne l'année suivante avec "Dites-lui que je l'aime" en 1977 (Gérard Depardieu, Miou-Miou). Mais son premier grand succès vient avec "Garde à vue" (1981), huis clos sans issue entre Lino Ventura le flic, Michel Serrault, l'accusé et Romy Schneider en arbitre.

Consécration: le film décroche quatre César dont celui du meilleur scénario pour Claude Miller et les Américains en tireront un remake avec Morgan Freeman.

"La gentillesse m'ennuie"

Il retrouve le polar sombre dans "Mortelle randonnée" (1983) avec Isabelle Adjani en tueuse et Michel Serrault qui la traque, à la fois flic et ange gardien, pensant avoir reconnu sa fille.

Claude Miller déteste les bons sentiments, fuit les personnages héroïques et les gens heureux: "la gentillesse m'ennuie" dit-il.

Il retrouve le grand public avec "L'effrontée" en 1985 qui révèle Charlotte Gainsbourg à 13 ans (aussitôt sacrée César du Meilleur espoir féminin), inspiré du "Frankie Addams", de l'écrivaine américaine Carson McCullers.

Poursuivant alors son exploration de l'adolescence, il retrouve l'actrice en 1988 dans "La petite voleuse".

Après quelques sorties ratées (Le Sourire, Nana), Claude Miller décroche le Prix du Jury à Cannes en 1998 pour "La classe de neige", adapté d'Emmanuel Carrère. Il reviendra d'ailleurs sur la Croisette comme membre du jury en 2002.

Le réalisateur a très fréquemment adapté des romans (Patricia Highsmith, Ruth Rendell) pour trouver le sujet de ses films, comme pour "La Petite Lili" avec Ludivine Sagnier (d'après Tchekhov) ou "Un Secret" (2007), tiré du roman autobiographique de Philippe Grimbert, avec Cécile de France et Patrick Bruel.

"J'ai beaucoup de mal à écrire des scénarios originaux", expliquait-il à l'AFP en 2007. "Je sais commencer une histoire mais cela m'est généralement difficile de la clôturer, parce que la mort est souvent le terme d'un récit".

Même s'il est fréquemment maltraité par la critique, il continue d'enchaîner les tournages, parce qu'"en vieillissant je comprends qu'une des choses qui me fasse le plus plaisir, c'est de tourner des films. (Sinon) j'ai l'impression d'être un peu vacant".

Après "Voyez comme ils dansent", un échec en 2011 avec Marina Hands, le cinéaste déjà malade a eu le temps de terminer le tournage de "Thérèse D", tiré du roman de François Mauriac "Thérèse Desqueyroux", avec Gilles Lellouche et Audrey Tautou. Le film actuellement en post-production devrait sortir à l'automne prochain.

Vous aimerez aussi

La délégation saoudienne arrive au consulat d'Arabie Saoudite d'Istanbul, le 12 octobre 2018 [Yasin AKGUL / AFP]
Diplomatie Disparition Khashoggi : une délégation saoudienne en Turquie
Disparition Le journaliste saoudien disparu a-t-il été tué ?
Un homme déguisé en Mohammed ben Salmane avec du sang sur ses mains manifeste devant l'ambassade saoudienne à Washington le 8 octobre 2018 contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi après être entré au consulat saoudien à Istanbul. [Jim WATSON / AFP]
Disparition Khashoggi : Erdogan et Trump mettent la pression sur Ryad

Ailleurs sur le web

Derniers articles