Günter Grass déclare subir une campagne de dénigrement

Le prix Nobel de littérature allemand Günter Grass a déclaré jeudi être l'objet d'une campagne pour détruire sa réputation, après le tollé provoqué par la publication d'un poème dans lequel il accuse Israël et son arme atomique de menacer la paix mondiale[DPA/AFP]

Le prix Nobel de littérature allemand Günter Grass a déclaré jeudi être l'objet d'une campagne pour détruire sa réputation, après le tollé provoqué par la publication d'un poème dans lequel il accuse Israël et son arme atomique de menacer la paix mondiale.

"Le ton général des débats est de ne surtout pas se plonger dans le contenu du poème, mais de mener une campagne contre moi pour affirmer que ma réputation est écornée jusqu'à la fin des temps", a déclaré Günter Grass dans un entretien à une chaîne de télévision publique.

L'auteur du "Tambour", âgé de 84 ans, a déclenché un énorme scandale en publiant mercredi dans un quotidien allemand un poème intitulé "Ce qui doit être dit" dans lequel il met en garde contre des frappes préventives israéliennes contre Téhéran, soupçonné de développer du nucléaire militaire malgré ses dénégations.

En Allemagne, "un pays démocratique où règne la liberté de la presse, prime une certaine uniformisation de l'opinion, et un refus d'aborder le contenu, les questions que je soulève", juge-t-il.

"On remue de vieux clichés", poursuit-il. Le qualificatif d'"éternel antisémite" que lui a attribué un quotidien est selon lui un cliché au même titre que celui du "juif errant", inversé.

"C'est assez blessant et ce n'est pas digne d'une presse démocratique", a-t-il ajouté.

En évoquant dans son texte Israël dont il estime que la puissance nucléaire présumée menace la paix mondiale, Grass s'est attiré de violentes accusations d'antisémitisme.

En 2006, Günter Grass, connu pour ses positions de gauche, avait choqué ses admirateurs et écorné son image d'autorité morale en Allemagne en reconnaissant avoir fait partie des Waffen SS dans sa jeunesse, lui qui renvoyait souvent sa patrie à son passé nazi.

Vous aimerez aussi

Photo fournie par l'agence officielle syrienne Sana montrant le passage de Qouneitra sur le Golan, rouvert le 15 octobre 2018  [- / SANA/AFP]
Moyen-Age Réouverture du passage entre la Syrie et une zone du Golan sous contrôle israélien
Sara Netanyahu, l'épouse du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au Parlement israélien à Jérusalem, le 31 janvier 2017 [GALI TIBBON / AFP/Archives]
Justice Israël : Sara Netanyahu jugée pour 83.000 euros de frais de bouche
Israël Attaque armée en Cisjordanie : deux des Israéliens blessés sont décédés

Ailleurs sur le web

Derniers articles